Le lait n’est plus ce qu’il était

Durée de lecture : 1 minute

20 mars 2017 / Élise Desaulniers



  • Présentation du livre par son éditeur :

Il n’est pas surprenant que les Québécois se classent dans le top 10 mondial des grands consommateurs de lait : nous en consommons en moyenne 84 litres par année. Nous avons réellement pris à cœur le slogan « Un verre de lait, c’est bien, mais deux, c’est mieux. » Mais à qui profite le second verre de lait ? À nous ou au producteur ?

L’industrie laitière, le secteur d’activité agricole le plus important au Québec, jouit depuis toujours d’une perception positive. Mais la prépondérance du lait dans notre alimentation et notre attachement aux produits laitiers n’auraient rien de naturel ; ils seraient plutôt le résultat de grosses campagnes de communication et de lobbying.

Serions-nous les vaches à lait de l’industrie ? Élise Desaulniers précise, raconte, dénonce. Elle souligne que le lait que nous buvons n’est pas celui que nous pensons boire, et encore moins celui que nous buvions il y a quarante ans. Elle enquête sur la Fédération des producteurs de lait du Québec, s’interroge à propos du Guide alimentaire canadien et du bien-être des vaches laitières et révèle la difficulté pour les jeunes fermiers d’accéder à la production commerciale.


  • Vache à lait. Dix mythes de l’industrie laitière, par Élise Desaulniers, éditions Stanké, 200 p., 17,5 €.

Source : éditions Stanké





Lire aussi : Crise du lait : « La responsabilité des industriels est énorme »
1er août 2020
EN BÉDÉ - L’avion, un secteur qui doit (beaucoup) décroître
Info
31 juillet 2020
Malgré ses annonces, l’État pourrait laisser Amazon construire des entrepôts à gogo
Info
31 juillet 2020
Un été pour explorer
La vie de Reporterre