Le ministre de l’écologie Martin : « Notre Dame des Landes devra se faire »

Durée de lecture : 4 minutes

25 septembre 2013 / Marine Jobert (Journal de l’environnement)

« C’est un équipement qui devra se faire » Lors d’une émission sur RTL, le ministre de l’écologie n’a pas tergiversé sur la construction du futur aéroport à Notre-Dame-des-Landes.


L’avantage des émissions radios filmées, c’est qu’en plus du son, on bénéficie de l’image. Et celle de Philippe Martin, invité du Grand Jury RTL/Le Figaro/LCI [le 22 septembre], au moment où les journalistes lui demandent s’il partage les vues de Jean-Marc Ayrault sur l’aéroport de Notre-Dame des Landes, vaut le détour. « Ma position est la même que celle du Premier ministre, ça ne va pas vous surprendre », ébauche-t-il après avoir ravalé un grand sourire, mettant en avant les « négociations qui ont lieu, sur les transports et sur le plan agricole ».

A 29’55" sur la vidéo

A l’écouter, l’ambiance aurait presque changé autour du dossier explosif de l’implantation de ce second aéroport en banlieue nantaise. « Ce dossier est moins dans cette phase exubérante que nous avons connue, il est rentré dans une phase de discussions et de négociation. » Vous pensez que ça va se faire ?, lui demande un journaliste. Philippe Martin a une moue, semble hésiter, avant de lâcher : « Je pense qu’à l’issue des consultations qui ont lieu actuellement, c’est un équipement qui devra se faire ». La suite sonne bizarrement, presque inaudible, quand le ministre de l’écologie assure que ses services instruiront de façon indépendante les questions relatives à la biodiversité.

Beaucoup d’obstacles préalables

C’est faire peu de cas de l’issue, qui pourrait être défavorable, des différentes mises en garde lancées par la commission de dialogue, la mission agricole et le comité d’experts scientifiques. Fin juin, le ministre des transports en prenait d’ailleurs acte. A commencer par l’approfondissementdes coûts de réaménagement de l’actuel aéroport de Nantes-Atlantique – si ce site est maintenu- sur la base de 5, 7 et 9 millions de passagers, qui devra être soumis à un débat contradictoire. « Un nouveau groupe de travail doit être constitué, associant étroitement les acteurs locaux à ces études. A chaque étape, le caractère ouvert du débat devra être garanti par l’accès de tous aux données d’études certifiables », écrivait Frédéric Cuvillier. Un groupe qui n’a toujours pas vu le jour.

Le ministre évoquait également les mesures de compensation environnementales, à revoir selon les experts mandatés. « Les travaux ne pourront s’engager tant que la faisabilité de ces mesures n’aura pas été démontrée », a-t-il assuré. Récemment, le gouvernement a réussi à esquiver, grâce aux socialistes européens, l’envoi d’une mission d’eurodéputés en octobre sur le terrain, dans le cadre d’une enquête sur de potentielles infractions du projet au droit communautaire. Et la Commission européenne a jugé, la semaine passée, qu’il n’était pas indiqué d’ouvrir une « procédure d’infraction », mais qu’elle allait « continuer à surveiller de très près l’évolution du dossier. C’est au vu de l’ensemble qu’elle prendra sa décision ».

Durand sur le départ ?

Ces récents exemples démontrent à quel point NDDL semble l’otage de rapports de force oscillants et fragiles. Les adhérents d’Europe Ecologie-les Verts comptent leurs plumes après la Bérézina de la Conférence environnementale, où seuls quelques caciques ont exprimé de la satisfaction devant les annonces gouvernementales. Pascal Durand y a perdu son leadership de secrétaire national, après avoir lancé un ultimatum à Jean-Marc Ayrault qui aurait déplu à des élus écologistes. A tel point que le nom de sa successeure, poussée par Cécile Duflot, s’affiche déjà dans tous les journaux. Il s’agirait d’Emmanuelle Cosse, 39 ans, ex-présidente de l’association Act-Up, fraîchement « convertie », puisqu’elle a rejoint EELV en 2009. Elle est actuellement vice-présidente du conseil régional d’Ile-de-France, chargée du logement, et accessoirement compagne de Denis Baupin, vice-président de l’Assemblée nationale.

Ayrault invité d’EELV

Alors qu’ils sont très préoccupés par leur congrès de novembre à Caen et par la motion qui rassemblera le plus de voix, aucun élu écologiste n’a pris la parole aujourd’hui pour répliquer à Philippe Martin. Bien au contraire, il sera accueilli, avec le Premier ministre, aux journées parlementaires d’EELV, les 25 et 26 septembre à Angers. Au menu de la seconde journée : « La façon dont les écologistes doivent aborder ‘l’An 2’ de leur participation gouvernementale, sur fond d’un agenda européen incontournable. Un pot de clôture sera servi en présence du Premier ministre. » Cela ne s’invente pas.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Le Journal de l’environnement

Photo : Ouest France

Consulter par ailleurs : Dossier Notre Dame des Landes

27 juillet 2019
Compromis ou radicalité, le mouvement écolo cherche sa stratégie
Enquête
20 juillet 2019
Tour de France : l’équipe Ineos, championne du plastique polluant
Enquête
26 juillet 2019
Contre le G7, les altermondialistes organisent un sommet « démocratique et ouvert »
Info