Le plus grand pont solaire du monde peut chauffer 80 000 tasses de thé

Durée de lecture : 2 minutes

10 mars 2014 / Enerzine

Situé au centre de Londres, le nouveau pont ferroviaire Blackfriars qui enjambe la Tamise est le plus grand pont solaire du monde. Il produit assez d’énergie pour chauffer 80 000 tasses de thé par jour.


Lors de l’inauguration du plus grand pont solaire du monde, le 22 février à Londres, les passagers qui transitaient par la station Blackfriars ont eu le droit à une boisson chaude gratuite. Une façon de montrer que le pont produit suffisamment d’énergie pour chauffer l’équivalent de 80.000 tasses de thé par jour.

La société privée britannique, Network Rail, propriétaire et opérateur du réseau ferroviaire de Grande-Bretagne, a commencé en 2009 à remettre en état le ’Blackfriars Rail Bridge’ à Londres ainsi que la modernisation complète de la station attenante.

La gare Blackfriars a été reconstruite sur un pont ferroviaire Victorien. Une rénovation complète du pont, comportant une mise à nu jusqu’à ses fondations, a été nécessaire pour reconstruire une plateforme plus large et plus robuste permettant de soutenir le toit solaire, long de 250 mètres et suspendu au-dessus de la Tamise.

Au final, le toit du pont ferroviaire comprend 4.400 modules solaires de type Panasonic HIT. L’installation d’une puissance cumulée de 1,1 MWc fournira environ 50% des besoins énergétiques de la station Blackfriars. La partie solaire, dont la conception et l’installation du projet a été confiée à Solarcentury couvre une superficie d’environ 6.000 m2.

Les panneaux solaires devraient générer 900.000 kWh d’électricité chaque année et économiser environ 513 tonnes de CO2, à partir d’un rendement de 850 kWh/ kWc, une recommandation du Département de l’Energie et du changement climatique anglais.

"Nous avons totalement rénové la gare Blackfriars, et ce, sur un pont ferroviaire datant de l’époque victorienne, c’est-à-dire, vieux de plus de 125 ans ! Nous créons ainsi une station de référence pour la ville, incorporant des technologies propres du XXIe siècle comme le solaire, et qui pourrait servir de référence à Network Rail, dans sa démarche de modernisation du réseau à travers l’intégration de technologies plus durables" avait expliqué en son temps Paul Byrne, chef du projet Blackfriars chez Network Rail.

Ce projet fait partie du programme Thameslink, doté d’une enveloppe budgétaire de 6,5 milliards d’euros et qui vise à améliorer les transports publics dans la capitale anglaise. Il s’inscrit dans un processus plus large d’amélioration de la ligne reliant les villes de Bedford et Brighton (« Thameslink route ») en traversant le centre de Londres.

Les usagers, clients de First Capital Connect, pourront ainsi bénéficier de trains plus long et d’un service amélioré sur cette ligne, avec une fréquence des trains équivalente au métro puisque ceux-ci circuleront toutes les 2 à 3 minutes dans le centre de Londres en période de pointe.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Enerzine

Photo : Geek.com

Lire aussi : La plus grande centrale solaire flottante du monde ouvre au Japon

14 novembre 2019
Le mystère de la mort d’abeilles près d’un champ expérimental de Bayer-Monsanto
13 novembre 2019
En Alsace, le village de Muttersholtz montre la voie de l’écologie
14 novembre 2019
Une épicerie gratuite pour les étudiants qui ne mangent pas à leur faim




Du même auteur       Enerzine