Le projet de mine d’or en Guyane : un désastre programmé

27 septembre 2017 / Marion Veber et Emmanuel Poilane



En Guyane, le projet de mine d’or géante dit de « la Montagne d’or » n’échappera pas à un débat public. Cette décision, expliquent les auteurs de cette tribune, est une première victoire pour les opposants. Qui soulignent que le projet va entraîner la déforestation, des émissions de CO2, et de fortes pollutions.

Marion Veber est chargée du programme Droits des peuples à France libertés, fondation dont Emmanuel Poilane est le directeur.


Ce qui occupe le cœur des débats en Guyane actuellement est très peu discuté en métropole : il s’agit d’un projet de mégamine d’or à échelle industrielle et à ciel ouvert, la Montagne d’or.

Ce projet titanesque promu par des entreprises étrangères se situe entre deux réserves biologiques intégrales, en pleine forêt amazonienne. Cette mine est la caricature d’un projet du passé. Si elle voyait le jour, elle serait la plus grande mine d’or jamais réalisée en France. Elle met en danger la ressource en eau de l’ensemble du bassin de Guyane, elle nécessite une déforestation et une matrice énergétique génératrices de CO2, elle engendrerait des pollutions inévitables au premier rang desquelles la cyanuration. La mine ferait courir des risques à la population, avec le stockage des déchets et de potentielles ruptures de digues qui, on l’a vu au Brésil, font tant de dégâts.

Ce modèle d’exploitation des ressources naturelles non renouvelables, toujours fondé sur l’excès, prétend répondre à nos besoins prétendument croissants de matières premières. En l’occurrence, nos besoins en or. Mais s’agit-il vraiment d’une nécessité ou plutôt de la soif d’accumulation des richesses qui règne dans nos sociétés ?

Nous sommes en ce moment en Guyane pour rencontrer des populations autochtones et des associations mobilisées contre ce projet. Parmi elles, le collectif Or de question s’oppose fortement au projet Montagne d’or. Sa radicalité, décriée par certains, est pourtant une force essentielle face à l’ampleur des risques qui pèsent sur le territoire guyanais. La Guyane est l’une des réserves de biodiversité les plus importantes au monde, et l’urgence du changement climatique impose des résistances radicales aux projets climaticides.

Un nouveau territoire sacrifié à l’extractivisme et au mirage de la mine propre

Une première victoire a déjà été remportée. Mardi 19 septembre, la Commission nationale du débat public a annoncé sa décision : le projet Montagne d’or fera l’objet d’un débat public. Il se déroulera en Guyane et sera animé par « une commission particulière » qu’elle désignera à cette fin. Nous saluons cette décision car un projet d’une telle ampleur ne peut pas être décidé à huis clos. Il ne peut pas non plus être présenté au public par les seuls soins de ses promoteurs. Les arguments favorables et contraires à Montagne d’or doivent être exposés à la population par une commission neutre, évitant ainsi tout conflit d’intérêts.

Alors que l’État français n’a de cesse de rappeler l’importance de la cohérence des politiques, surtout en matière de développement durable et de lutte contre le dérèglement climatique, la situation en Guyane relève d’une absurdité criante. Les emplois potentiellement générés par la Montagne d’or semblent passer avant le droit à un environnement sain et n’apportent qu’une contribution minime à l’autonomie économique dont la population locale a tant besoin. Les emplois générés par Montagne d’or sont précaires, puisque fondés sur l’exploitation d’une ressource limitée et dépendants du cours international de l’or. Si celui-ci tombe, le projet ne sera plus rentable, et les employés devront en payer le prix. Comme nous le rappelons sans cesse, les avantages issus des activités extractives sont dérisoires face aux dégâts qui en découlent. La Guyane peut et doit être le laboratoire français des emplois pour la biodiversité et non un nouveau territoire sacrifié à l’extractivisme et au mirage de la mine propre.

Les évènements dévastateurs qui se multiplient devraient amener nos sociétés à transformer radicalement leurs modes de pensée pour enrayer le changement climatique avant qu’il ne mette à mal l’ensemble de nos modes de vie.


  • France libertés soutient le collectif Or de question et leur remettra le Prix Danielle Mitterrand le 18 novembre 2017, à Paris.



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Soutenu par Macron, Attali et Juppé, un minier russe s’apprête à saccager la forêt guyanaise

Source : Courriel à Reporterre

- Dans les tribunes, les auteurs expriment un point de vue propre, qui n’est pas nécessairement celui de la rédaction.
- Titre, chapô et intertitres sont de la rédaction.

Photos :
. chapô : Manifestation contre le projet minier à l’instigation du collectif Or de question, en juin, en Guyane. Compte Facebook de Or de question
. Infographie : France libertés

DOSSIER    Mines et Gaz de schiste

THEMATIQUE    Luttes
17 octobre 2017
Le film qui sonne la fin du Roundup de Monsanto
À découvrir
17 octobre 2017
La pêche électrique tente de faire son retour en Europe
Info
16 octobre 2017
Le mouvement écolo ne reflète pas la diversité de la population
Enquête


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Mines et Gaz de schiste



Sur les mêmes thèmes       Luttes