Le projet inutile d’Arena, promu par Vinci à Dunkerque, est abandonné

30 avril 2014 / Arena Non Merci

C’est un dossier que Reporterre, seul dans la « presse nationale », a suivi attentivement. Et la bonne nouvelle est arrivée : le projet de stade inutile et démesuré à Dunkerque ne se fera pas.


Après seize mois de lutte, le projet de la salle Arena est sur le point d’être définitivement enterré. Si la décision officielle sera votée lors du prochain conseil communautaire du mois de juin 2014, les maires des différentes communes de la CUD ont voté hier à l’unanimité lors de la conférence des maires, l’annulation pure et simple du projet.

Le collectif STOP ARENA, dont nous faisons partie avec l’ADELFA et les Amis de la Terre, avait interpellé par courrier le 12 avril 2014 tous les élus communautaires en leur rappelant que l’annulation complète de l’Arena affirmera la prise en compte par ces derniers des urgences sociales, économiques et environnementales auxquelles nous sommes confrontés aujourd’hui.

La nouvelle équipe municipale, menée par M. Vergriete, l’a très bien compris. L’arrêt de ce projet surdimensionné est donc une victoire importante pour la démocratie à Dunkerque. Pensée et conçue par une minorité de décideurs et d’élus qui ont voulu imposer à l’ensemble des citoyens une grande salle de sport inutile, sans réel débat démocratique, et sans concertation citoyenne, la fin de la salle Arena doit marquer le début d’une nouvelle ère de démocratie, participative et citoyenne.

L’annulation du projet coûtera cher, mais c’est sans aucune mesure à côté des 300 millions d’euros qui ont été estimés pour le coût total de la salle et des divers aménagements. En plus des 17 millions d’euros dépensés dans diverses études, ou indemnités de retard payés à Vinci, ce sont 13 millions d’euros supplémentaires qui iront dans les poches de la multinationale pour rupture de contrat.

Seuls les élus qui avaient voté aveuglement en 2009 pour le projet Arena, sans connaître les tenants et aboutissants du dossier, peuvent se mordre les doigts aujourd’hui de verser une telle somme à Vinci. A eux de retenir la leçon à l’avenir, et de voter les futurs projets soumis au conseil communautaire en connaissance de cause pour éviter que l’histoire se répète.

Même si on est peu nombreux, il faut persévérer

L’expérience de la mobilisation contre la salle Arena de Dunkerque nous démontre autre chose : lorsqu’on pense qu’un projet est injuste, qu’il n’est pas une priorité, qu’il va à l’encontre de l’intérêt commun, il ne faut pas hésiter une seconde à lutter contre.

Lorsque nous avons organisé la première réunion contre l’Arena, nous n’étions que quatre personnes ! Lorsque nous rejetions l’idée de toute négociation avec Vinci, on nous prenait pour des illuminés ! Même si on est peu nombreux, qu’on a l’impression d’aller à contre-courant de l’opinion générale, il faut persévérer, et ne jamais douter qu’on peut aller jusqu’au bout !

Cette victoire contre Vinci , a été possible grâce à la collaboration, et au travail acharné de dizaines de militants. Pendant des mois, sur les marchés, dans les manifestations, nous nous sommes battus pour informer et sensibiliser les habitants de la communauté urbaine qui pour certains ne connaissaient même pas l’existence du projet Arena. Il faut souligner également le travail important des naturalistes qui ont réalisé des contre-expertises sur le terrain du Noort Gracht, et celui des différents militants qui ont participé à la rédaction des recours portés par l’ADELFA auprès des tribunaux. Nous remercions également le site Reporterre de nous avoir offert une tribune, ce qui est loin d’être le cas pour les médias locaux...

Nous avons démontré à l’ensemble des Dunkerquois qu’il était possible d’agir sur la réalité et la changer – ne serait-ce qu’un peu ! – car celle-ci est loin d’être immuable. Notre travail de militantisme ne s’arrête pas pour autant aujourd’hui avec l’annulation de ce projet. C’est à nous de veiller à ce que nos élus travaillent pour l’intérêt de tous, et non plus pour leurs propres intérêts. Tel sera le nouvel objectif pour notre structure dans les mois et années qui viennent.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Source et photos :Courriel à Reporterre de Arena Non merci.

Reporterre a publié plusieurs articles depuis juillet 2013 sur le projet Arena, dont le dernier en mars 2014 : La contestation du projet inutile d’Arena, à Dunkerque, se renforce.

18 mars 2019
À Lyon, des enfants ont fait l’école buissonnière pour le climat
Reportage
18 mars 2019
Comment lutter contre le bétonnage ?
Une minute - Une question
30 janvier 2019
Dans le Diois poussent les champignons de l’autonomie
Chronique


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre