Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info
Photographe dans les Vosges ©Mathieu Génon/Reporterre

Parce qu’informer sur le péril écologique est une priorité.

Reporterre publie quotidiennement,
en accès libre et sans publicité.
Le journal ne vit que des dons de lecteurs comme vous.

1 donateurs soutiennent Reporterre ce mois-ci.

Objectif de 12 000 donateurs

Soutenir Reporterre

Climat

Le retour des marches pour le climat

Des marches pour le climat et la justice sociale auront lieu vendredi 19 mars à travers le monde. En France, Youth for climate appelle à se mobiliser dans une quarantaine de villes. « Le projet de loi Climat n’apporte aucune solution au ravage écologique », se désolent les jeunes activistes.

Les marches pour le climat font-elles leur grand retour ? Les dernières datent de 2019. Deux ans plus tard, la lutte pour le climat n’a rien perdu de son urgence et la jeunesse, sacrifiée sur l’autel du Covid, a grise mine. « Nous disions déjà, en 2019, que les jeunes allaient mal. Aujourd’hui, cela saute aux yeux et ce n’est plus seulement une question d’avenir, explique à Reporterre Noé Gauchard de Youth for climate France. La situation va encore empirer si la politique n’est pas la hauteur. » Pas question de se laisser couler par cette période morose : le mouvement appelle à une grande mobilisation ce vendredi 19 mars dans une quarantaine de villes. Une quarantaine d’organisations ont signé cet appel, notamment les syndicats Solidaires étudiant·es et l’Unef.

Face au désarroi, à la solitude et au désespoir de ces jeunes, une marche pour le climat est-elle à la hauteur des enjeux ? « Certains peuvent dire que cela ne servira pas à grand-chose et que ce n’est pas très radical. Mais c’était la solution la plus facile pour faire éclore à nouveau la thématique climat dans le débat public et pour que les gens sortent de chez eux et se retrouvent », dit Noé Gauchard.

« Deux manifestations à une semaine d’intervalle »

La date du 19 mars n’a pas été choisie au hasard : elle correspond à la mobilisation internationale de Fridays for future — le mouvement créé par Greta Thunberg — sous le mot d’ordre #NoMoreEmptyPromises (« plus de vaines promesses »). En France, il s’agit du dernier jour de passage en commission de la loi Climat et résilience, dont le manque d’ambition est épinglé par Youth for climate. « Actuellement, ce projet de loi Climat présenté comme une grande avancée n’apporte aucune solution face au ravage écologique : il ne s’agit que de "mesurettes" alors que nous savons qu’un changement profond de notre système, notamment économique, est nécessaire », explique le texte d’appel à mobilisation.

Lors de la marche climat du 21 septembre 2019.

Ce manifeste regrette également que 80 % des propositions de la Convention citoyenne pour le climat ont été écartées par le gouvernement. Youth for Climate rejoindra d’ailleurs la mobilisation du 28 mars pour La vraie loi Climat porté par plus de trois cents organisations.

Deux manifestations à une semaine d’intervalle : n’est-ce pas disperser ses forces ? « Ce 19 mars sera centré autour des questions de précarité de la jeunesse et c’est un message important à passer. La mobilisation du 28 sera axée sur la loi Climat », précise Élodie Nace, porte-parole d’Alternatiba et d’ANV-COP21 qui apporte un soutien logistique à l’organisation de ce vendredi. « C’est le dernier temps fort du quinquennat autour de ces questions et on doit montrer que le mouvement climat est toujours là. Surtout que les gens font désormais le lien entre notre façon d’habiter la Terre et la pandémie. De plus en plus de personnes nous contactent pour se mobiliser. »

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende