Faire un don
35004 € récoltés
OBJECTIF : 80 000 €
44 %
Pour une presse libre comme l'air ! Soutenir reporterre

Le rêve de la mairie de Paris : des antennes relais partout, contre l’avis des habitants et des élus

Durée de lecture : 2 minutes

12 octobre 2013 / Robin des Toits

La Commission de Concertation sur la téléphonie mobile à Paris n’en a que le nom. Lorsque les associations et les élus d’arrondissement refusent l’installation d’antennes relais, la Mairie de Paris les évince de la « concertation » et donne les autorisations. Les associations estiment ainsi que sur le dernier semestre, au moins 2000 antennes relais ont été installées pour couvrir les parisiens en 4G. Les associations ont décidé de quitter cette commission.


Rien ne va plus en matière de concertation sur la téléphonie mobile à Paris. Malgré une opposition clairement exprimée par les associations à la volonté de la Mairie de Paris de valider l’installation de dizaine d’antennes relais de téléphonie mobile contre l’avis des élus d’arrondissement, l’Hôtel de Ville a opté pour un passage en force pleinement assumé !

C’est ainsi que la Commission de « concertation » sur la téléphonie mobile a convoqué pour la première fois les seuls 14e arrondissement - vendredi 11octobre -et 18e arrondissement - jeudi 17 octobre prochains. Accusés ainsi implicitement par l’Hôtel de Ville de ne pas octroyer suffisamment d’accords pour installer à marche forcée des antennes relais, les élus des 14e et 18e arrondissements vont ainsi
devoir défendre respectivement 44 et 56 dossiers.

En convoquant la seule élue du 14e arrondissement, Célia Blauel, vendredi 11 octobre, la Mairie de Paris cherche à mettre la pression sur les arrondissements qui osent encore émettre des refus d’implantation des antennes relais et jouer le jeu de la concertation. Paradoxalement, ce sont donc les « bons élèves » qui se retrouvent stigmatisés par l’Hôtel de Ville !

Il faut dire que la Mairie de Paris a décidé d’aller vite dans son soutien au déploiement des opérateurs. Depuis le 7 juillet dernier, 225 dossiers ont été soumis à la Commission de « concertation » sur la téléphonie mobile. Or, ces 225 dossiers d’implantation ne sont que la partie émergée de l’iceberg car seuls les refus émis par les mairies d’arrondissement font l’objet d’un traitement par l’Hôtel de Ville (qui in fine donne un accord en lieu et place des élus d’arrondissement !).

Les associations estiment ainsi que sur le dernier semestre, au moins 2000 antennes relais ont été installées pour couvrir les parisiens en 4G.

Les associations ont décidé de claquer la porte de cette commission dont l’objectif clairement affiché est d’installer à marche forcée des antennes relais. En rehaussant le seuil limite d’exposition des riverains à 7 V/m, et en considérant qu’il n’y a plus rien d’autre à discuter (ni protection des plus jeunes, crèches, écoles, ni problème des grandes proximités…) la Mairie de Paris a réduit le rôle de la CCTM à une vague chambre d’enregistrement. Constatant leur inutilité dans ce type d’instance, les associations ont décidé de quitter cette commission et appellent les riverains à se mobiliser pour défendre leur cadre de vie et leur santé.


VOIR LA CARTE PARISIENNE DES 225 DOSSIERS D’IMPLANTATION



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Courriel à Reporterre de Robin des Toits

Image : Agir pour l’environnement

Lire aussi : Paris veut installer des dizaines d’antennes téléphone pendant la pause estivale

10 décembre 2019
En refusant de réglementer la publicité, le gouvernement sacrifie l’écologie
Tribune
10 décembre 2019
Malgré leur bon score aux élections, les Verts pèsent peu sur les institutions européennes
Info
11 décembre 2019
VIDÉO - Yann Arthus-Bertrand : « Je ne prendrai plus l’avion »
Entretien




Du même auteur       Robin des Toits