Le train du climat part ce soir pour Varsovie, où la Chine invite les pays riches à respecter leurs engagements financiers

Durée de lecture : 2 minutes

15 novembre 2013 / Grégoire Comhaire et Camille Martin (Reporterre)

C’est ce soir que le train pour la justice climatique quitte Bruxelles pour Varsovie. Il portera la voix des jeunes dans la capitale où se déroule la conférence des Nations unies sur le climat. Reporterre sera dans le train.

Sur place, le délégué chinois a rappelé aux pays riches leurs promesses financières - non tenues pour l’instant.


C’est aujourd’hui peu après 18h que le “Train pour climat” quittera la gare de Bruxelles-midi pour Varsovie. A son bord, 600 jeunes Belges - et d’autres nationalités - de tous horizons, bien décidés à montrer leur présence aux négociateurs de la COP 19, qui négocient depuis lundi les modalités d’un futur traité international destiné à réduire les émissions mondiales de CO2.

Le programme des voyageurs durant le week-end à Varsovie est chargé. A peine débarqués du train, samedi matin, les jeunes sont invités à prendre la parole lors d’une conférence organisée par les Verts européens. Suivra une grande manifestation, samedi après-midi, pour réclamer un accord pour le climat et pour la justice sociale. Des rencontres sont également prévues avec des représentants syndicaux polonais dimanche, avant le retour vers Bruxelles, lundi à l’aube.

Comme ils nous l’avaient déclaré il y a quelques jours, les organisateurs espèrent que ce voyage vers Varsovie sera la première étape pour la création d’un grand mouvement citoyen pour le climat. Des rencontres et des débats seront organisés à bord du train sur ces thématiques. Reporterre sera à bord pour vous en livrer le compte-rendu.

Négociations à un train… de sénateur

Dans l’enceinte de la conférence, à Varsovie, la journée commence par une mauvaise nouvelle : le Japon vient d’annoncer qu’il affaiblissait son objectif d’émissions de gaz à effet de serre. Son but sera une réduction de 3,8 % en 2020 par rapport à 2005. Cela correspond en fait à une augmentation par rapport à 1990, alors que le pays du Soleil levant s’était engagé dans le Protocole de Kyoto à réduire de 25 % ses émissions en 2020 par rapport à 1990.

Interrogé à ce propos, le chef des négociateurs chinois, Su Wei a indiqué qu’il "n’avait pas de mot pour décrire sa déception". Le représentant de la Chine a par ailleurs expliqué que les négociations ne pourraient avancer que si les pays riches concrétisaient leur promesse de verser des fonds pour les pays pauvres : ils devraient payer tout de suite les 30 milliards promis en 2010. La Chine laisse entendre que ces versements sont la condition pour qu’elle s’engage dans des réductions d’émissions de gaz à effet de serre après 2020 des engagements de réduction.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Grégoire Comhaire et Camille Martin pour Reporterre.

Image : Train pour Varsovie

Lire aussi : COP Climat à Varsovie : des jeunes relancent en train le mouvement citoyen pour le climat, ainsi que Marché ou lutte contre la finance : l’enjeu caché de la Conférence Climat à Varsovie.


Pour aider Reporterre à payer son billet de train pour Varsovie :

27 juillet 2019
Quand une coopérative ouvrière relance la culture locale du tilleul
Alternative
18 septembre 2019
Naomi Klein : « Nous entrons dans l’ère de la barbarie climatique »
Entretien
18 septembre 2019
Climat : de la prise de conscience à la conscience politique
Édito