Le village (alternatif) des « gueules cassées »

Durée de lecture : 5 minutes

5 novembre 2013 / Emmanuel Daniel (Tour de France des alternatives)

Une ferme, une épicerie, des wagons de train aménagés en dortoirs, des maisons à l’architecture délirante... Bienvenue dans le village alternatif d’Emmaüs Lescar-Pau qui accueille depuis trente ans des exclus du système et recrée une société préservée du « consumérisme et du productivisme ».


A l’ouverture des grilles, une centaine de personnes se dirigent au pas de course vers l’entrée d’un grand hangar, tels des accrocs au shopping un jour de soldes. Ils veulent être les premiers à faire leur choix parmi les meubles, vêtements et jouets proposés à la vente dans cet immense bâtiment. Pourtant, il ne s’agit pas d’un centre commercial mais d’une communauté Emmaüs situé près de Pau (Pyrénées-Atlantiques). Tous les articles en vente sont issus du recyclage, collectés, triés et remis en état par la centaine de « compagnons Emmaüs » qui travaillent et vivent sur les lieux.

Pour la plupart, ces compagnons sont des « gueules cassées venues ici par nécessité », comme l’explique Germain, qui a fondé la communauté il y a 31 ans après sa rencontre avec l’Abbé Pierre. Le « petit projet » imaginé à l’époque par ce soixantenaire fort en gueule est devenu la plus grosse des 116 communautés Emmaüs de France.

Germain annonce une fréquentation de mille visiteurs pour un chiffre d’affaires de 10 000 € par jour, ainsi que dix-huit salariés en CDI qui assurent la gestion du quotidien. Les compagnons, eux, n’ont pas de contrat de travail bien que leur emploi du temps diffère peu de celui d’un employé classique. En revanche, ils sont nourris, logés, blanchis et touchent un pécule de 40 € par mois et 400 € à partir d’un an de présence.

Ce statut particulier a été reconnu par décret en 2009. Une décision saluée par Martin Hirsch, alors Haut-commissaire aux solidarités et ancien président d’Emmaüs mais critiquée par des anonymes, dont Georges qui se présente comme un ancien compagnon et compare la situation dans les communautés Emmaüs à du travail dissimulé. Germain estime au contraire que le mode de vie communautaire est nécessaire à la reconstruction des personnes. « Aujourd’hui, on enferme les gens dans l’individualisme alors que le collectif est source de créativité », pense-t-il. Loin de voir la communauté comme un campement pour pauvres, il la décrit comme une oasis « préservée du consumérisme et du productivisme ».

Un village qui cultive des tomates et son autonomie

Il fustige l’« assistanat » qu’entraine selon lui le RSA et « la gestion institutionnelle de la misère » pratiquée par les services sociaux. Il refuse le don qui selon lui aliène et veut lui opposer une logique de partage où chacun travaille à l’édification de la communauté. Il préfère d’ailleurs employer le terme de « village alternatif ».

En effet, avec une épicerie, une crêperie, un foyer, des lotissements faits de mobile-homes, de cabanes et de maisonnettes et même une ferme, ce lieu de vie a tous les attributs d’un petite bourgade tranquille… si l’on fait abstraction des barrières entourant le terrain. Le village est même doté d’un « conseil municipal » dont le maire n’est autre que Germain. « Tout ceux qui veulent participer à la décision viennent au conseil municipal », lance-t-il. Et même si Emmaüs Lescar Pau se veut autogéré, c’est Germain qui tranche dans « 95% des cas » sur l’accueil et surtout l’exclusion d’un compagnon.

Emmaüs Lescar-Pau ne ressemble pas aux autres communautés fondées par l’Abbé Pierre, notamment parce qu’elle est indépendante et ne reçoit pas d’argent d’Emmaüs France. Une démarche qui a le don d’agacer les dirigeants nationaux de la structure. Mais qu’importe les critiques, ce « village alternatif » cultive son autonomie. Alimentaire d’abord avec la ferme. Économique ensuite avec les multiples activités proposées sur le site qui permettent son autofinancement. Et au niveau du logement également.

En effet, si les compagnons logent dans des bâtiments collectifs à leur arrivée, ils peuvent accéder à un logement individuel en fonction des places disponibles, à savoir un mobile-home ou une maisonnette qu’ils contribuent à construire. « Quand tu participes à la construction et à la conception de ton logement, tu deviens acteur et tu te réappropries ton habitat, tu n’es pas juste un consommateur », fait valoir Germain.

Désobéissance civile

Il n’hésite pas à dire que pour les maisons construites par les compagnons (espaces recevant du public mis à part), aucun permis de construire n’a été demandé. Pour lui, si les autorités acceptent ce genre de passe-droit, c’est que Emmaüs Lescar-Pau « est un partenaire économique et social incontournable des collectivités », aussi bien au niveau de l’accueil de sans-abris que de l’apprentissage d’un métier. Déchetterie, recyclerie, espace de vente, construction de logements, ateliers divers, événements culturels… Ce petit ilot autogéré en bordure d’autoroute ne reçoit aucune subvention publique ou privée afin de ne pas « blanchir de l’argent sale », selon les mots de son fondateur.

Ce dernier affirme d’ailleurs que c’est cette autonomie qui permet à ce village de faire acte de « désobéissance civile » et de s’engager sur le terrain politique. Ainsi, la communauté milite pour l’instauration d’un Revenu maximum autorisé, le développement de l’agriculture de proximité et biologique ainsi que pour l’éco-construction, deux activités pratiquées sur le village. Sur son journal, le village alternatif annonce clairement la couleur : « Faire de l’urgence, oui ! Mais, pas uniquement », Emmaüs Lescar-Pau entend s’attaquer « à la source du mal : le capitalisme, système au service de la finance plutôt que de l’homme ».

Plus qu’un lieu d’accueil pour SDF, le « village alternatif » d’Emmaüs Lescar-Pau est une aventure collective, un projet politique, une expérimentation d’autres moyens de partager, de travailler et de vivre ensemble. De quoi pousser Germain à se réjouir de « tout ce qui a été accompli avec des exclus de la société ».



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et photos : Tour de France des alternatives

Lire par ailleurs : Quelle utopie pour le mouvement Emmaüs ?

18 novembre 2019
À la convention citoyenne pour le climat, les participants débattent aussi de la justice sociale
18 novembre 2019
Ecolo et anarchiste, une réponse à l’effondrement
16 novembre 2019
Au Brésil, la marée noire dévaste les côtes et le gouvernement ne fait rien




Du même auteur       Emmanuel Daniel (Tour de France des alternatives)