Les médecins de Paris s’alarment de la pollution atmosphérique

Durée de lecture : 3 minutes

5 mars 2013 / Appel des médecins de Paris


Les dernières données publiées confirment l’impact de la pollution atmosphérique sur la santé des habitants des grandes villes.

La prévalence de l’asthme a progressé de 20% chez les enfants tandis que les personnes âgées et plus vulnérables voient leur risque cardiovasculaire et respiratoire augmenter.

La relation entre l’exposition aux particules fines, la morbidité et la mortalité cardio-vasculaires avait été établie par les travaux de l’American Heart Association ; l’étude européenne Aphekom la confirme.

Le Centre international de recherches sur le cancer (OMS) de Lyon a décidé le classement des particules fines en cancérogènes certains.

L’INVS évalue à 3 000 le nombre de décès annuels évitables par l’amélioration de la qualité de l’air des 9 principales villes françaises.

Les pathologies d’irritation des voies aériennes supérieures : pharyngites, trachéites, toux chroniques touchent de plus en plus nos patients.

Au total, ce sont 8 mois d’espérance de vie que la pollution de l’air retire à chaque Parisien.

La qualité de l’air à Paris s’est dégradée au point que l’Union européenne a entamé une procédure de sanctions contre la France qui aboutira quasi certainement au paiement de lourdes pénalités financières.

Nous, médecins parisiens, refusons l’indifférence face à cette atteinte à la santé de nos patients.

Nous alertons les pouvoirs publics sur la gravité de la situation.

Nous demandons que la santé de nos patients soit reconnue comme une priorité dans les décisions relatives à la pollution de l’air.

Nous demandons à l’Etat et à la Ville de Paris d’agir ensemble pour améliorer la qualité de l’air.

Nous appelons à une réglementation plus protectrice de la santé de la population, en accord avec les données scientifiques actuelles.

.............................................................................................................

Si vous êtes médecin, signez cet appel par simple e-mail à : appelmedecinsparis@gmail.com, en précisant vos Nom, Prénom, spécialité et arrondissement.
Appel des médecins de Paris.
...................................................................................................

Premiers signataires :

Dr Bernard Jomier, généraliste. Dr Thomas Tarjus, généraliste. Dr Judith Adrien, ORL. Dr Mathilde Andlauer, généraliste. Dr Ghislaine Audran, généraliste. Dr Pierre Burtschell, généraliste. Dr Nathalie Caron, généraliste. Dr Maxime Catrice, généraliste. Dr Catherine Chaumie, généraliste. Dr Marie Chevillard-Hauguel, généraliste. Dr Hélène Corte, chirurgien. Dr Maddy Denantes, généraliste. Dr Gauthier Desmarchelier, généraliste. Dr Valérie Douillard, généraliste. Dr Aude Dunand, généraliste. Dr Martin Duteurtre, généraliste. Dr Laurent Feldmann, généraliste. Dr Marina Karmochkine, médecine interne. Dr Anaïs Laforest, chirurgien. Dr Marina Lavigne, généraliste. Dr Claudine Maari, généraliste. Dr Alex Maire, généraliste. Dr Olivier Margelisch, généraliste. Dr Anna Maruani, généraliste. Dr François Myara, généraliste. Dr Sabine Nizery, généraliste. Dr Ismael Nureni, généraliste. Dr Evelyne Renault-Tessier, généraliste. Dr Pascale Rolland, généraliste. Dr Frédéric Sorge, généraliste. Dr Olivier Tauléra, généraliste. Dr Bernard Topuz, santé publique. Dr Anne Vellay, généraliste.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et photo : Appel des médecins de Paris

Lire aussi : Une manifestation pour retrouver l’air pur en montagne

18 janvier 2020
Au Sénégal, les populations se mobilisent contre un projet de port à conteneurs
Reportage
8 janvier 2020
En Australie, « même des forêts tempérées partent en fumée »
Entretien
17 janvier 2020
Déterminé, le mouvement social cherche à tenir dans la durée
Reportage