Les mœurs des insectes sociaux

25 juillet 2016 / Éric Darrouzet et Bruno Corbara

L’évolution a donné énormément d’exemples d’entraide et de vie en société. Les guêpes, fourmis, abeilles et termites en sont une démonstration éloquente. Leurs comportements altruistes, leur communication, leurs systèmes de coopérations, mais aussi leurs échanges avec les végétaux et les autres êtres vivants sont poussés à un haut degré de sophistication. Fourmis cultivatrices de champignons ou éleveuses de pucerons, alliances entre fourmis et guêpes… De la termitière géante au nid de frelons, on connaît les architectures spectaculaires de ses insectes, cependant on connaît mal leurs mœurs, et cet ouvrage vient combler cette lacune.

Enseignants-chercheurs, les auteurs ont tous les deux étudié les insectes sociaux. Éric Darrouzet est également impliqué dans la communication grand public. Bruno Corbara, qui a été responsable de missions sur le radeau des cimes, est aussi bien connu des lecteurs de l’excellent magazine Espèces. Les éditions Quae, qui publient parfois des textes réservés aux spécialistes, nous proposent-là un livre accessible à tous.


- Les insectes sociaux, par Éric Darrouzet et Bruno Corbara, éditions Quæ, 168 p., 20 €.

Source : JNE




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Disparition des insectes : une catastrophe silencieuse
20 avril 2018
À Paris, la vie sans rêve du camp de 1.500 exilés
Reportage
19 avril 2018
M. Hulot n’est pas l’écologie
Edito
15 avril 2018
La Zad vue par M. Macron : « La tyrannie de certaines minorités, habituées à ce qu’on leur cède en refusant de transformer le pays »
Info


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre