Les récupérateurs s’organisent partout dans le monde‏

Durée de lecture : 6 minutes

26 septembre 2013 / Alliance mondiale des récupérateurs

Les « récupérateurs » et autres chiffonniers sont des millions à travers le monde. Ils vivent du tri et du recyclage des déchets de toutes les grandes métropoles des pays du Sud. Depuis plusieurs années, ils se sont organisés et font entendre leur voix, de l’Inde aux Philippines et au Brésil.


Les récupérateurs ont marché 12 kilomètres, sous la pluie, pour protester contre l’exploitation par des entrepreneurs privés (Inde – août 2013)

Safai Sena proteste contre l’exploitation et l’extorsion des récupérateurs par des entrepreneurs privés. (Photo : Safai Sena)

Le 16 août 2013, plus de 250 recycleurs membres de Safai Sena ont organisé une manifestation en face du bureau de Ghaziabad Nigam Nagar, après avoir fait, pour beaucoup d’entre eux, plus de 12 kilomètres à pied, malgré de fortes pluies dans la journée.

Objet de la manifestation : élever une voix collective contre la collecte illégale de l’argent par des entrepreneurs privés et l’exploitation des recycleurs de déchets dans les secteurs de Kavi Nagar et de Mohan Nagar. Plus de 700 membres de Safaï Sena travaillent dans la ville depuis plus de 10 ans maintenant. La plupart d’entre eux récupèrent les déchets, porte à porte, à plus de 18 000 ménages à Mohan Nagar et à 20 000 ménages environ, en milieu urbain et à Kavi Nagar.

Malheureusement, ils se sont trouvés contraints de payer des pots de vin et plus de 500 récupérateurs ont dû verser 400 roupies par mois rien que pour pouvoir collecter les déchets à domicile. Ceux qui s’y refusent sont battus. Plusieurs femmes ont été victimes de cet acte d’extorsion et de racket sous le couvert de la gestion des déchets. Lire le communiqué de presse détaillant les revendications de Safaï Sena.


La campagne d’élimination correcte des serviettes hygiéniques se poursuit ! (Inde – juillet 2013)

Sacs pleins de serviettes hygiéniques souillées adressés aux fabricants du produit (Photo : SWACH).

Les serviettes hygiéniques souillées sont à l’origine de nombreux problèmes de santé qui guettent les récupérateurs. Et pour y remédier, SWaCH, une coopérative indépendante de récupérateurs, a usé des moyens de pression en renvoyant aux fabricants des lots de serviettes hygiéniques souillées. La campagne a porté son fruit : les responsables de sociétés comme Johnson & Johnson, Procter & Gamble, Hindustan Unilever et Kimberly Clarke Lever se sont réunis, en avril, avec les autorités municipales et ont assuré qu’une solution serait en place en moins de trois mois.

Pour la première fois en Inde, une administration municipale a exigé aux fabricants de serviettes hygiéniques de fournir un sac jetable avec chaque serviette. Mais trois mois se sont écoulés depuis la réunion et aucune mesure n’a été prise par les fabricants. “Nous allons poursuivre la campagne et explorer d’autres moyens d’action concrète”, a déclaré Malati Gadgil, de SWACH. Vous pouvez appuyer les récupérateurs de l’Inde en signant cette lettre de SWaCH ; une autre pétition (de CHINTAN) prône l’élimination sanitaire.


Philippines : les récupérateurs s’organisent ! (Philippines – juillet 2013)

The EcoWaste Coalition banner. (Photo : EcoWaste Coalition)

“Le gouvernement doit appuyer les projets et faire respecter les lois favorables aux pauvres et qui feront non seulement améliorer la santé et la sécurité des récupérateurs au travail, mais assureront aussi leur emploi…”, a déclaré Thomas Kellenberger de la Fondation pour enfants des îles des Philippines, l’un des parrains de l’atelier régional des récupérateurs.

Organisé fin juillet à Davao, aux Philippines, et réunissant plus de 40 représentants de groupes de récupérateurs, d’ONG et d’organismes publics de la ville de même que des villes Cagayan de Oro, General Santos City et Butuan, cet atelier de deux jours avait pour but de promouvoir les droits sociaux et juridiques des récupérateurs, de contribuer à les faire reconnaître en tant que travailleurs et d’aider à les intégrer dans les systèmes de gestion des déchets.

Les 24 et 25 juillet, à l’Université de Cebu à Banilad, plus de 50 personnes membres de groupes communautaires ainsi que des représentants des ONG des villes de Cebu, de Mandaue et de Bacolod ont participé à des ateliers de sensibilisation et de consultation. De plus, l’organisation prévoit une campagne de prélèvement sanguin pour déterminer les concentrations de plomb dans le sang des récupérateurs qui travaillent et vivent à proximité d’une exploitation minière de plomb dans le site d’enfouissement sanitaire à Davao.


Réunion au Chili des récupérateurs venus de 10 pays (Chili – août 2013)

Photo des participants à la réunion de Red Lacre organisée en août à Santiago, au Chili (Photo : Red Lacre).

Le message suivant a été adressé par Red Lacre aux délégués des 17 pays membres du réseau : Le 31 août, le Réseau des récupérateurs d’Amérique latine a conclu une semaine de rencontres et d’activités tenues à Santiago, au Chili (du 25 au 31 août). La dernière activité, une visite aux recycleurs informels de la décharge appelée Vertedero Los Molles, à Valparaíso, nos frères et sœurs, des moments d’émotion, nous a permis de réaffirmer notre engagement en faveur de la dignité et des rêves de nous unir.

C’était une semaine longue et intense. Les 18 délégués présents à la réunion ont passé chaque moment ensemble, du petit déjeuner au dîner, en passant par les marches au centre-ville de Santiago. Nous avons fait partager nos inquiétudes, des idées et des propositions, des rires et l’épuisement. À une époque où Red Lacre semblait perturbée, peu claire dans ses orientations, nous avons pris l’engagement de continuer à avancer ensemble, avec une nouvelle énergie, dans un esprit de collaboration et le respect de ce que nous avons construit ensemble : Red Lacre. Lire le communiqué de presse de Red Lacre (en espagnol).


Minas Gerais : pétition à l’appui d’un projet de loi contre l’incinération dans l’État (Brésil – juillet 2013)

Cette pétition — un effort conjoint du Mouvement national des récupérateurs du Brésil (MNCR) et d’autres mouvements et groupes sociaux — vient appuyer un projet de loi qui mettrait fin à l’incinération des déchets solides dans l’état de Minas Gerais au Brésil.

Si ce projet de loi est approuvé, il pourra favoriser la collecte des matières recyclables basée sur la solidarité, un système développé et lancé par les récupérateurs. Signez la pétition. Au bas du présent communiqué de presse du MNCR, vous pouvez accéder à la version PDF, puis l’imprimer et recueillir des signatures manuscrites.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et photos : Alliance mondiale des récupérateurs

Lire aussi : Monsieur Hollande : ouvrez les yeux sur le scandale des décharges françaises ! Regardez Super Trash.

18 février 2020
Après le blocage de BlackRock : nous sommes fiers de cette jeunesse !
Tribune
18 février 2020
Colza et tournesol OGM bientôt interdits en France ?
Info
17 février 2020
Exclusif : le kit de Reporterre pour aider les maires (et les citoyens) à devenir écolo
Enquête