Mouvements

Durée de lecture : 1 minute

19 juin 2014



Peut-on être de gauche et aimer le football ? Réponse dans le n° 78 de Mouvements.


Présentation

À la veille de la Coupe du monde de football au Brésil, ce numéro de Mouvements se demande comment l’on peut être de gauche et aimer le football, ce sport capitaliste, raciste, misogyne, homophobe et mafieux…

Il entend réfléchir aux effets de l’entrée du football dans un régime néolibéral sur les comportements des joueurs professionnels. Ce numéro se penche aussi sur les conséquences sociales de l’organisation de mega events ou la construction de nouveaux stades qui visent à changer le public, à contrôler ses pratiques et à réaménager les villes.

Le foot reste néanmoins un « jeu social » planétaire, animé par des amateurs souvent issus des classes populaires, des minorités racialisées, dans lequel les femmes tentent de se faire une place, et qui peut produire du plaisir…


Barnabé Binctin, journaliste à Reporterre, a contribué à ce numéro. Dans un article intitulé « Quand le foot-business fait son grand projet inutile et imposé : le cas d’OL Land », il analyse l’inutilité socio-économique et les impacts environnementaux du projet du Grand Stade à Lyon, que suit Reporterre depuis longtemps.


Mouvements n° 78, Peut-on aimer le football ?, 180 pages, Éditeur : La Découverte

Retrouvez le sommaire complet du numéro ici





Source : Le site de la revue Mouvements

Lire aussi : Le Chico Mendès Football Club, l’écologie populaire par le football