Notre Dame des Landes : Valls veut toujours l’aéroport

Durée de lecture : 2 minutes

5 novembre 2014 / Camille Martin (Reporterre)

Dans une lettre publiée par France Info, Manuel Valls affirme que « la détermination de l’Etat est intacte » pour réaliser l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes.


Dans une lettre adressée le 28 octobre à l’association Des ailes pour l’ouest, favorable au projet d’aéroport, et révélée par France Info, le premier ministre Manuel Valls écrit que le projet n’est, pour lui, nullement remis en cause :

"Monsieur le président,

Vous m’avez fait part de votre attachement et de celui des acteurs économiques des Pays-de-la-Loire à la réalisation du transfert de l’aéroport de Nantes sur le site de Notre-Dame-des-Landes.

Soyez assuré que j’ai pris connaissance avec une grande attention de votre démarche et des arguments qui la motivent.

La détermination de l’Etat à voir ce projet réalisé est intacte. Pour autant, et conformément aux engagements pris par le gouvernement, les travaux ne s’engageront qu’une fois les recours contre le projet jugés."

- Télécharger la lettre ici :

Comme l’a plusieurs fois souligné Reporterre, rien n’est abandonné à Notre-Dame-des-Landes et les opposants au projet ne peuvent baisser la garde. Début octobre, l’Etat signifiait qu’il avait toujours l’intention de réaliser le « barreau routier » desservant le projet d’aéroport, et fin septembre, il avait lancé l’appel d’offres pour le marché de la « compensation ».

Pour Dominique Fresneau, co-président de l’Acipa, interrogé au téléphone, les dirigeants « ne peuvent pas dire qu’ils vont abandonner NDL. Céder ici, c’est céder sur tous les autres endroits en France. » Quoi qu’il en soit, poursuit-il, « de notre côté, on ne bouge pas, on reste fermement sur nos positions. »

« Il faut des psychiatres à cette classe politique »

De son côté, Françoise Verchère, du CédPA (Collectif des élus doutant de la pertinence de l’aéroport), la position de M. Valls « n’est plus de la détermination, c’est de l’obstination ». Elle souligne que, alors que « l’association Ailes pour l’ouest a été reçue à Matignon, nous n’avons toujours pas été reçus au ministère de l’Ecologie, malgré nos demandes répétées. Tout ceci est désespérant : malgré tous les problèmes et contradictions que nous avons soulevés, nous avons zéro réponse. Je crois qu’il faut des psychiatres à cette classe politique. »

Jeudi, le Conseil d’Etat doit décider s’il juge recevable un recours déposé par les propriétaires de terrains sur la ZAD contre un élément de la procédure d’expropriation.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : France Info.

Consulter le dossier Notre Dame des Landes.


Merci de soutenir Reporterre :



Documents disponibles

  Sans titre
14 novembre 2019
Le mystère de la mort d’abeilles près d’un champ expérimental de Bayer-Monsanto
15 novembre 2019
Porté par son succès, le vin naturel affirme sa dissidence
14 novembre 2019
La démocratie renaîtra à l’échelle locale




Du même auteur       Camille Martin (Reporterre)