Faire un don
18561 € récoltés
OBJECTIF : 80 000 €
23 %
Pour une presse libre comme l'air ! Soutenir reporterre

Notre Dame des Landes : l’Etat n’a rien abandonné et veut réaliser le barreau routier

Durée de lecture : 2 minutes

9 octobre 2014 / France Bleu Loire Océan

Dans un document confidentiel révélé par France Bleu Loire Océan, une « note blanche » envoyée par Matignon au préfet des Pays de la Loire, on apprend que le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, du moins sa desserte, fait partie des priorités de l’Etat.


France Bleu Loire Océan s’est procuré une note confidentielle envoyée par les services du Premier ministre au préfet des Pays de la Loire. Ce document, daté du 19 septembre, liste les grands projets d’investissement pour les six années à venir dans la région.

Il s’agit du mandat de négociation du préfet pour discuter du prochain contrat de projets qui sera signé pour la période 2015/2020 entre l’Etat et le Conseil régional. Un document de travail de trente-cinq pages, dans lequel figure le plan de financement de la desserte de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes.

Accès au chantier

Dans un tableau listant les opérations prioritaires pour l’Etat figure en première place dans le volet routier le financement de 11 kilomètres de 2x2 voies entre la Nationale 137 Nantes-Rennes à hauteur de Grandchamp-des-Fontaines et de la route 165 de Nantes à Vannes au Temple-de-Bretagne : il s’agit du tronçon routier censé desservir le futur aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Et avant cela, de permettre l’accès au chantier. Signe que ce projet d’aéroport n’est pas du tout abandonné par le gouvernement.

-Télécharger le document :

Plus gros projet routier

Montant total de cet investissement : 97,7 millions d’euros, dont a priori la moitié à la charge de l’Etat. C’est de loin le plus gros projet routier que l’Etat entend mener dans les six années à venir en Pays de la Loire.

Le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes n’est pas abandonné comme essaient de le faire croire les opposants, estime un pro aéroport. Rien de nouveau sous le soleil rétorque un élu écologiste : l’Etat ne veut donner aucun signe ni aux uns et aux autres et se contente de reprendre ce projet de barreau routier qui figurait déjà dans la Déclaration d’Utilité Publique de 2008.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : France BleuLoire Océan

Photo : Wikipedia (CC BY-SA 3.0/Moulins)

Lire aussi : Notre Dame des Landes : l’Etat lance un appel d’offre pour le marché de la « compensation ».



Documents disponibles

  Sans titre
DOSSIER    Notre-Dame-des-Landes

6 décembre 2019
De la Maison du peuple à l’hôpital, une journée de mobilisation à Saint-Nazaire
Reportage
7 décembre 2019
VIDÉO - Thomas Piketty : « Il va y avoir des crises sociales extrêmement violentes »
Entretien
7 décembre 2019
COP25 : les négociations internationales sur le climat s’enlisent
Info


Dans les mêmes dossiers       Notre-Dame-des-Landes