Notre Dame des Landes : le gouvernement français se fiche de l’Union européenne

Durée de lecture : 1 minute

19 avril 2013 / Camille Martin (Reporterre)



Le gouvernement français vient de répondre à la commission des pétitions du Parlement européen, dans un document que publie Reporterre. Seul ennui : le document ne cite pas les éléments d’analyse et les questions apportées par les commissions d’experts qu’il avait lui-même nommées.


Le représentant du gouvernement français auprès de l’Union européenne a adressé le 15 avril une lettre à la présidente de la commission des pétitions du Parlement européen. Paris répond aux questions qui lui sont posées à propos de son projet d’aéroport de Notre Dame des Landes.

Mais le gouvernement français juge les députés européens incapables de s’informer par eux-mêmes, à moins qu’il les prenne pour des imbéciles. La lettre ne tient en effet aucun compte des recommandations et remarques émises par les commissions d’experts qu’a nommées le gouvernement lui-même et publiées le 9 avril. Sur la question de la compensation des dommages causés à la biodiversité, notamment, le texte n’évoque aucunement la mise en cause de la méthode par la commission scientifique et par le Conseil national de protection de la nature.

Voici le document envoyé par Paris aux Européens :



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre



Source : Camille Martin pour Reporterre

Consulter par ailleurs : Dossier Notre Dame des Landes



Documents disponibles

  Sans titre   Sans titre
27 mai 2020
Non au retour à un État fort, misons sur le local et sur la société
Tribune
28 mai 2020
Contre les avions et le béton, la bataille repart au nord de Paris
Info
14 avril 2020
La solidarité, vaccin et remède contre la pandémie
Tribune




Du même auteur       Camille Martin (Reporterre)