Oh Dionysos, apparais-nous !

Durée de lecture : 2 minutes

12 janvier 2012 / Laurence Callec



"Je suis nombriliste matérialiste
sans aucune revendication altruiste
en dehors des bons sentiments affichés
pour des causes bien acceptées"


De multiples constats accablants, de partout et de toutes sortes, sont désormais établis, des analyses pertinentes de la situation ne manquent pas, les solutions existent, bonnes volontés et compétences sont disponibles, oui mais... ça coince on dirait !... Parce que nous sommes trop verrouillés par les tenanciers, trop conditionnés par les grands sorciers, trop intoxiqués par une simili modernité... Hum... De qui ou de quoi sommes-nous devenus les apôtres ?...

Du balcon foutoir :
(librement inspiré de « Nous n’avons fait que fuir » Bertrand Cantat)

Je suis un apôtre de la modernité,
de cette attitude vaine,
de ces poses de sirènes,
de la provoc marketée,
parfaitement assimilée
et récupérée par le marché
Je suis nombriliste matérialiste
sans aucune revendication altruiste
en dehors des bons sentiments affichés
pour des causes bien acceptées
Je suis peut-être sexuellement libéré
mais reste extrêmement coincé
sur le plan de l’équité sociale
et concernant le gâchis environnemental
Je préfère ne pas m’en préoccuper
et garder un moral d’acier !
Pourtant, on le sait...
On le sait qu’il suffit d’un rayon de soleil,
qu’il suffit qu’un rien de soleil se pose au bon endroit,
sur ce balcon foutoir,
pour que pousse le chant des insoumis,
et pour qu’enfin ce chant s’élève...

Alors... quand est-ce qu’elle s’opère l’alchimie ? La sauce va t-elle prendre enfin ? C’est peut-être maintenant ou jamais... Il y a bien des « indignés », mais pourront-ils toucher le « grand public » ? Ce dernier va t-il se réveiller et se tourner du bon côté ? Combien attendre pour que l’empathie se mette à fonctionner ? Des économistes « atterrés » nous indiquent comment nous réapproprier immédiatement notre destin, puis comment construire une Europe politique capable d’agir sur la mondialisation. Projets qui paraissent quand même un peu plus mobilisateurs que l’achat d’un écran plat ¬-¬ même si c’est sympa un écran plat !... Seront-ils écoutés par-delà le brouhaha, et les mirages assassins qui nous sont proposés par les marionnettes qui nous gouvernent et les lobbies qui tirent leurs ficelles ?... Quel Siècle ! Que de Malheurs encore, des avancées dilapidées, des reculades, heureusement de valeureux « printemps arabes »... Et encore et toujours tous ces morts de faim, alors que nous pourrions très bien tous avoir du pain ! Et le réchauffement climatique de l’anthropocène qui signerait pourtant notre fin, mais pour lequel on ne fait rien, ou si peu et si mal, alors que cela nous serait tout à fait possible ! Glaciers qui fondent, océans qui s’acidifient... que nous faut-il encore ?... Ah Dionysos... le diable sera t-il un jour remis dans sa boîte !? Ça urge !... Oh Dionysos, apparais-nous !...






Source : Courriel à Reporterre.

Laurence Callec est l’auteur de Faut que ça change !

Contact : http://www.motsetmotifs.com

Lire aussi : Ah, qu’il est difficile d’être écologiste devant un bon jambon !

23 septembre 2020
Biodiversité : « Le déclin se poursuit » et la France ne fait (presque) rien
Info
23 septembre 2020
La réforme de la recherche « ne nous incite pas à prendre soin du monde dans lequel on vit »
Entretien
22 septembre 2020
La betterave, cheval de Troie des néonicotinoïdes
Reportage