On peut boycotter tous les pays, sauf l’Etat d’Israël

21 février 2012 / Les Désobéissants

Des personnes ayant appelé au boycott des produits israéliens - en raison de la politique de l’Etat d’Israël à l’égard du peuple palestinien - vont être jugés en mars.


Le mois prochain, en mars 2012, nous sommes un certain nombre de militantes et militants de la campagne pour le Boycott, le Désinvestissement et les Sanctions contre Israël (BDS) à comparaître devant des tribunaux de la région parisienne, en raison des nombreux appels militants à boycotter les produits israéliens ou dits israéliens.
C’est à chaque fois le gouvernement qui nous poursuit, et dans son sillage des officines israéliennes basées en France, pour « discrimination contre une nation » et « incitation à la haine et à la violence ».

Les parties civiles se basent sur l’article du 29 juillet 1881 (loi générale
sur la presse) qui interdit "toute discrimination à l’encontre d’une personne
ou d’un groupe de personnes en raison de son appartenance à une race, une religion, une ethnie, une nation"
. Les oranges, les tomates cerises, les
dattes ou les avocats ne sont pourtant ni des « personnes » ni des « groupes de personnes », mais quant on veut tuer son chien...

Le ministère français de la justice a donné l’ordre (écrit) à tous les
magistrats de condamner les personnes qui appellent au boycottent d’Israël. Et uniquement d’Israël. On peut donc appeler au boycott de n’importe quel autre pays sans souci : Bernard-Henri Lévy appelle au boycott de la Chine, Michèle Alliot-Marie et Martine Aubry à celui du Mexique, et Brigitte Bardot à celui du Canada (à cause des bébés phoques). Des députés de l’UMP ont appelé au boycott des fast food hallal : no problem !
Mais il faut criminaliser le boycott d’Israël.

Pour le moment, nous avons gagné tous nos procès BDS à part celui de Sakina à Bordeaux, qui attend que la Cour de cassation tranche.
La 17e chambre du tribunal de Paris a rendu le 8 juillet dernier un verdict particulièrement satisfaisant puisque :
- la procureure a refusé de requérir une peine contre Olivia Zémor,
désobéissant ainsi à sa hiérarchie (il lui était reproché d’avoir publié sur
le site d’EuroPalestine une vidéo d’une action non violente de boycott des
produits « israéliens »).
- les juges l’ont relaxée avec des attendus reprenant tous ses arguments et
soulignant que le boycott citoyen motivé par des considérations politiques
n’était pas illégal. Il a même insisté sur les lettres de noblesse du boycott
en tant qu’action ayant permis, en Inde (Ghandi), aux États-Unis (contre la
ségrégation raciale dans les bus), en Afrique du sud de l’apartheid, de
changer des politiques condamnables.

Mais le gouvernement et les assos pro-israéliennes ont fait appel de ce
jugement. Le jeudi 8 mars à 13 H 30, Olivia Zémor comparaîtra donc devant la Cour d’appel de Paris (Pôle 2. Chambre 7 de la Cour d’Appel)

JEUDI 15 MARS A BOBIGNY (région parisienne)

Le procès suivant aura lieu le jeudi 15 mars au tribunal de Bobigny. Quatre
inculpés : Olivia Maha, Mohamed et Ulrich comparaîtront pour des actions de
boycott menées dans des supermarchés du 93, et du 92 (vidéos des actions incriminées).
La juge n’a pas pu cacher, lors d’une première audience, son parti pris en
faveur des parties civiles, et le gouvernement a appelé à la rescousse, comme témoin, le... Défenseur des Droits : Dominique Baudis !

C’est un procès qui promet d’être sportif et pour lequel nous avons besoin
d’une forte mobilisation. Le procès commence dès 10 H et durera toute la
journée. Nous appelons à venir nous soutenir (il y aura de l’animation devant le tribunal, à manger, à boire, une sono....) à l’heure que vous pouvez, y compris sur la pause déjeuner (M° Pablo Picasso, terminus de la ligne 5).

Enfin, le 23 mars après-midi, un 3e procès BDS amènera 7 militant(e)s à
comparaître à Pontoise pour avoir appelé au boycott des produits israéliens
lors d’une parodie de procès qu’ils ont joué à l’intérieur du magasin
Carrefour de Montigny (95).

Mais loin de nous intimider, ces procès nous ont amené à organiser des
tournées dans toute la France pour populariser dans la bonne humeur les
actions BDS, de plus en plus efficaces, comme on peut en juger par cette vidéo

On verra que le « Bureau National de Vigilance contre l’Antisémitisme » qui se vante d’avoir déposé 80 plaintes contre des boycotteurs a encore du pain sur la planche !



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Source : Courriel à Reporterre des Désobéissants

Lire aussi : Police des mots : la « nakba » disparait de l’histoire


19 avril 2019
La Défense bloquée toute la journée par les activistes du climat
Reportage
19 avril 2019
7e leçon des jeunes au gouvernement : place à l’éco-construction
Tribune
20 avril 2019
Deux mille activistes du climat ont bloqué « la République des pollueurs »
Reportage


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre



Du même auteur       Les Désobéissants