Faire un don
49068 € récoltés
OBJECTIF : 80 000 €
61 %
Pour une presse libre comme l'air ! Soutenir reporterre

Pierre Rabhi et Charles Piaget, le champ et l’usine, première Rencontre de Reporterre

Durée de lecture : 1 minute

9 octobre 2013 / Reporterre

Jeudi 10 octobre à Paris, la première Rencontre de Reporterre : Charles Piaget, de Lip, et Pierre Rabhi discutent de l’alliance entre l’écologie et le monde du travail.

Depuis toujours, on prétend que l’écologie serait une affaire de « bobos » déconnectés de la réalité quotidienne, alors que les « travailleurs » auraient d’autres soucis que de se préoccuper des « petits oiseaux ». Eh bien non ! De plus en plus, il devient clair que le même système qui broie les gens et crée le chômage détruit l’environnement et aggrave la crise écologique.

Le changement qui doit advenir se fera par l’alliance de l’écologie et de la question sociale. Et pour l’amorcer, Reporterre invite deux figures emblématiques et sages à en discuter : Pierre Rabhi,ancien ouvrier qui a choisi de devenir paysan, et Charles Piaget, le porte-parole des travailleurs de Lip, quand ceux-ci mettaient l’autogestion en actes.

Des invités qui mettent en oeuvre au quotidien un travail ancré dans l’écologie, viendront témoigner. D’abord Florent, qui est devenu paysan en Ile-de-France. Et Thomas, qui travaille dans une boulangerie anarchiste.

Et l’on entendra quelques notes de guitare...

Jeudi 10 octobre, à La Bellevilloise, 21 rue Boyer (Paris XXe), à 20h30, ouverture des portes à 20 h, libre participation aux frais.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : L’écologie ? Oui, mais par le collectif ! La rencontre de Reporterre

Source : Reporterre.

Première mise en ligne le 28 septembre.

Contact : rencontres (arobase) reporterre.net

14 décembre 2019
Un Noël emballant, avec Pakékado, maître en furoshiki
Chronique
13 décembre 2019
EN BÉDÉ- Une journée à la rédaction de Reporterre
Édito
14 décembre 2019
Les gaz lacrymogènes contiennent-ils du cyanure ? Un biologiste l’assure
Enquête




Du même auteur       Reporterre