Pour en finir avec le cancer du sein

Durée de lecture : 1 minute

23 septembre 2016 / André Cicollela

Pourquoi le nombre de cancers du sein dans le monde a-t-il doublé entre 1990 et 2013 ? Pourquoi la Belgique connaît-elle 22 fois plus de cas que le Bhoutan ? Pourquoi note-t-on des écarts importants entre pays de même niveau de développement, voire entre régions françaises ? Pourquoi les jeunes femmes sont-elles de plus en touchées ?

Des facteurs tels que le vieillissement de la population ou les progrès du dépistage n’expliquent que très partiellement l’épidémie qui touche toute la planète. Si les cancers du sein se multiplient, c’est que les facteurs de risque présents dans notre environnement quotidien se sont multipliés.

S’appuyant sur les enquêtes scientifiques les plus récentes, André Cicolella passe au crible tous ces facteurs environnementaux, du DDT des années 1950 au bisphénol A aujourd’hui en passant par l’alimentation, la sédentarité ou les conditions de travail.

La bonne nouvelle, c’est qu’il est possible de faire reculer l’épidémie, à condition de bien identifier ses causes et de mener les politiques publiques adéquates.


- Cancer du sein. En finir avec l’épidémie, par André Cicollela, éditions Les Petits Matins, 144 p., 10 €.

- Source : éditions Les Petits Matins



Lire aussi : Si, la plupart des cancers sont dus aux facteurs environnementaux et au mode de vie
9 juillet 2019
À Marseille, les quartiers nord ont aussi droit aux légumes bios
Reportage
22 juillet 2019
Sites naturels : l’urgence de réguler le tourisme de masse
Enquête
18 juillet 2019
De l’urgence de débattre au sein du mouvement écologiste
Édito




Du même auteur       André Cicollela