Qu’apporte au mouvement écologique la vision gandhiste ?

Durée de lecture : 2 minutes

6 mai 2014 / Rajagopal


Rajagopal, le leader indien des paysans sans-terre, président d’Ektaparishad est venu quelques jours en France. Reporterre l’a rencontré. Voici un premier écho de sa pensée :

"La vision de Gandhi est un moyen de sortir d’un monde où nous avons presque tout détruit, le sol, l’eau, l’air, tout. Et revenir à la vision de Gandhi est intéressant, parce que Gandhi disait qu’il n’y avait jamais assez quand on était dans l’avidité. Or l’avidité est à la base du modèle actuel de développement. Donc, cette vision redéfinit le modèle de développement, et ré-articule ce que sont les besoins essentiels du développement. Les besoins ne sont pas illimités, ils peuvent être limités.

Ensuite, Gandhi disait que ce qui était important n’était pas la production de masse, mais la production par les masses. Plutôt que de dépendre des machines, et d’enfouir les engrais et les produits chimiques dans le sol, et détruire chaque chose, il y a un moyen de produire par les masses, où chacun a la possibilité de participer, plutôt qu’un système où les compagnies déversent les tonnes de produits sur les marchés, des marchés où seuls les puissants peuvent survivre.

Donc, un modèle où chacun a la possibilité de participer à la production, où chacun peut bénéficier du résultat de la production et participer au développement de la nation.

Ainsi, je pense que si l’on revient à la vision de Gandhi, il y a une grande possibilité de ré-articuler notre vision du modèle de développement. Le monde devrait s’y intéresser. Il faut être sérieux si l’on veut changer la situation... sinon, on va continuer à parler du changement climatique, des problèmes auxquels est confronté le monde, tout en restant des consommateurs et en jouant le jeu du marché - et ce n’est vraiment pas bien."



Ecouter ici, en anglais :

Lire aussi : En Inde, les paysans de la marche non-violente ont gagné.


Pour une information libre sur l’écologie, soutenez Reporterre :



Documents disponibles

  Sans titre
27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage
19 octobre 2019
En Loire-Atlantique, l’opposition monte contre le bétonnage de terres par un « surf park »
Enquête
18 octobre 2019
Pour 2020, un budget d’un vert bien pâle
Info