Reporterre fait la pause, ce week-end

Durée de lecture : 1 minute

27 juin 2015 / Hervé Kempf (Reporterre)


Quelle semaine, les amis ! La campagne de soutien au quotidien de l’écologie a magnifiquement démarré : un grand merci à toutes et à tous. Nous savons que vous êtes là, que vous nous soutenez, que vous êtes nombreuses et nombreux à savoir que, pour changer le monde, il faut une information libre, exigeante, pertinente, rigoureuse, et portée par l’écologie.

On se repose samedi et dimanche, comme notre ours, qui peut savourer les fortes informations de la semaine.

Vous savez quoi ? Les deux articles qui ont eu le plus de succès cette semaine sont ceux qui montrent que les citoyens et citoyennes, unis, peuvent remporter des victoires : aux Pays-Bas, la décision historique de la justice sur le climat, en Espagne les collectifs qui font plier les banques.

Qu’attendons-nous, en France, pour nous unir et faire fleurir le nouveau monde ? C’est notre espoir, à Reporterre, de nourrir avec l’information cette énergie qui monte.

De rappeler aussi, face au terrible déchainement de violence qui menace l’époque et a encore choqué le pays vendredi, que la paix est possible, que toutes les traditions spirituelles de l’humanité, y compris l’islam, cherchent l’unité entre les humains et avec le cosmos, et non pas les déchirements des uns contre les autres.

On se repose un jour. La campagne continue. Merci de nous soutenir, de faire circuler l’information que Reporterre existe, de diffuser notre lien de soutien. Très bon week-end, amies et amis.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Hervé Kempf pour Reporterre

Dessin : Tommy Dessine pour Reporterre

20 juillet 2019
En Grèce, les low-tech au secours des migrants
Alternative
18 septembre 2019
Les travailleurs sous-traitants du nucléaire en grève car « la sécurité se dégrade »
Entretien
27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage




Du même auteur       Hervé Kempf (Reporterre)