Suicide en Alsace d’un faucheur volontaire d’OGM

Durée de lecture : 2 minutes

1er mai 2013 / Confédération paysanne d’Alsace

Lundi 22 avril, Pierre Azelvandre a mis fin à ses jours. Il s’était vigoureusement battu contre les vignes transgéniques en Alsace.


Colmar, le 26 avril 2013

La Confédération paysanne d’Alsace et les Amis de la Confédération paysanne tiennent à honorer la mémoire de Pierre Azelvandre.

Pierre a été un des pionniers en Alsace à défendre la vie sous toutes ses formes contre la volonté humaine d’intervenir dans ses différents processus sans en mesurer la complexité, la globalité et la dangerosité.

Dans les années quatre-vingt, il fut un ardent formateur d’éducation populaire sur la réalité des organismes génétiquement modifiés.

Puis, dans les années quatre-vingt-dix, il contribua à ce que les mairies puissent informer les citoyens des parcelles où sont cultivés les organismes génétiquement modifiés.

Il introduisit, seul, un recours devant la cour de justice européenne, qui lui donna raison en 2007 en rendant obligatoire la publication de la situation des parcelles OGM. Mais cette décision ne changea rien. Il décida alors, en 2009, de détruire les plants de vigne de l’INRA de Colmar, s’inscrivant dans un large courant citoyen pour un débat sur les OG.M. Son geste fut repris l’année suivante par 60 Faucheurs venant des quatre coins de France.

Les pressions sur les éveilleurs de conscience qui posent des actes de désobéissance civile sont très fortes. Pierre s’inscrivait dans un mouvement de refus des OGM de plus en plus large.Il n’a plus supporté ces pressions, ce qui l’a conduit à mettre fin à ses jours.

Il rejoint ceux qui ont mis toute leur énergie dans la défense de la vie, aux dépens de leur propre vie, parmi lesquels Vital Michalon contre l’énergie nucléaire à Malville, ou Jean-Luc Tournaire contre la vaccination obligatoire contre la fièvre catarrhale ovine.

Que les cultures d’OGM soient abandonnées serait le plus bel hommage qui pourrait lui être rendu.

La Confédération paysanne d’’Alsace
Les Amis de la Confédération paysanne
Les Faucheurs Volontaires
L’association Kerna ùn Sohma
Le comité de soutien des Faucheurs de Colmar



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Courriel à Reporterre de La Confédération paysanne d’Alsace

Compléments d’info : Nadja et Gabrielle Tessier K, ainsi que Info’GM.

Photo : Nouvel’Obs

Lire aussi : Une vigne OGM détruite en Alsace

20 janvier 2020
Les activités industrielles causent de plus en plus de séismes
Info
18 janvier 2020
Au Sénégal, les populations se mobilisent contre un projet de port à conteneurs
Reportage
18 janvier 2020
Notre-Dame-des-Landes toujours debout contre « l’aménagement capitaliste du monde »
Reportage