Tout va très bien, Madame la Banquise

Durée de lecture : 2 minutes

30 octobre 2013 / Frédéric Wolff



Puisque parfois les mots nous manquent pour en parler et pour convaincre par la raison, essayons en chanson...


Tout va très bien,

Madame la banquise…

Allo allo Docteur je vous appelle

De jour en jour je dépéris

J’ai le front de mer qui ruisselle

J’ai peur d’être en hémorragie

Rassurez-vous Madame la banquise

Tout va très bien tout va très bien

C’est juste une petite crise

Le climat qui est mal en point

Le temps que cela cicatrise

Et il n’y paraitra plus rien

Mais à part ça Madame la banquise

Tout va très bien tout va très bien

Allo allo Docteur qu’est-ce que vous dites

Plus ça va et plus je maigris

Je sens bien que la vie me quitte

Dans l’océan je tombe en pluie

Cela n’est rien Madame la banquise

Cela n’est rien cela n’est rien

Il ne faut pas qu’on dramatise

C’est un problème féminin

La fin d’un cycle qui s’enlise

Un peu de fièvre trois fois rien

Mais à part ça Madame la banquise

Tout va très bien tout va très bien

Allo allo ne tardez plus Docteur

Ça coule à pic au fond de moi

De partout je sens que je meurs

Je bois la tasse je me noie

N’ayez pas peur Madame la banquise

N’ayez pas peur n’ayez pas peur

C’est just’ la terr’ qui agonise

Le Thermostat du radiateur

A changer d’ici qu’on ne cuise

Trois jours avant la saint-glinglin

Mais à part ça Madame la banquise

Tout va très bien tout va très bien

A l’eau Docteur à l’eau je suis en eau

Ma taille est celle d’un glaçon

Je flotte en mille et un lambeaux

Où donc est passé l’horizon

Rassurez-vous Madame la banquise

Je vous embrass’ je vous embrasse

Je vais préparer mes valises

Pour un voyage dans l’espace

Pas le temps de fair’ l’inventaire

Je n’ai pas trop le pied marin

Je vous laisse la serpillère

Une éponge et un essuie-main

J’ai vidé le congélateur

Pour que vous puissiez patienter

Bien au frais loin des radiateurs

Trois ou quatre millions d’années

Vous voyez bien Madame la banquise

Tout va très bien tout va très bien





Source : Frédéric Wolff pour Reporterre

Image : Denis Darzacq, Agence Vu (Mediapart).

Lire aussi : Hervé Le Treut : « Le changement climatique risque d’être irréversible »

23 septembre 2020
La réforme de la recherche « ne nous incite pas à prendre soin du monde dans lequel on vit »
Entretien
27 octobre 2020
À La Réunion, mobilisation pour sauver le « Ti coin charmant », un riche jardin côtier
Tribune
22 septembre 2020
La betterave, cheval de Troie des néonicotinoïdes
Reportage




Du même auteur       Frédéric Wolff