Un clown dans le train climatique

Durée de lecture : 6 minutes

20 novembre 2013 / Inclownito

700 jeunes dans le train climatique pour Varsovie. Et neuf clowns… Dont l’un témoigne ici de ce voyage extraordinaire.


- Témoignage, Bruxelles-Varsovie-Bruxelles

Autant le dire tout de suite, je suis allé à Varsovie en tant que clown, et pas n’importe quel clown... Clown soldat, clown miliTerre, clown de la fière artnez des clowns internazionale... Avec de multiples objectifs : transformer le train d’activistes en train de clowns, libérer Varsovie du Greenwashing, répandre la prophétie des clowns du 14 juillet 2014, conduire une des deux voitures des neuf clowns à partir de France pour prendre le train à Bruxelles, montrer à quel point l’artnez des clowns est la plus drôle et la plus puissante de toutes les artnez et recruter dans les rangs d’oignons des poloniais comme des militants, etc.

Et pas n’importe comment : dans un train au départ de Bruxelles à 18h18 le vendredi, arrivée à Varsovie à midi le samedi, manifestations et nuit dans des écoles, Retour 24 heures plus tard pour arriver à Bruxelles à 6h16 lundi : soit pas moins de 36 heures de train et tout juste 24 heures en sol polonais...

Je vous laisse un peu imaginer 700 activistes de différents pays ensemble pendant 60 heures pour traverser un bout d’Europe et aller dire à nos gouvernements à quel point ils nous déçoivent, à quel point nous savons qu’ils sont incapables de solutions et surtout responsables devant l’humanité de tant de crimes... Aux cris de « Changeons le système, pas le climat ! » nous répond toujours et invariablement la présence toujours massive de militaires de tous types, policiers, gendarmes, casques, boucliers, armures, matraques, gaz et électricité, armes prêtes à servir, hélicoptères, canons à eau, caméras et autres merveilles technocratiques... tout ceci bien entendu pour nous protéger... de qui ? Va savoir...

Quelle image emblématique de ce monde et de cette Europe à coté de la plaque : 700 « jeunes » Européens comme dit la presse débarquent pour chanter l’amour, le changement, un autre monde à créer et quel comité d’accueil redoivent-ils et elles ? Un banquet ? Une cérémonie ? Une ou un élu ? Peut être... pas vu grand chose moi... par contre des centaines, des milliers de tenues de combats, çà oui ! Quel danger sommes-nous donc ?

C’est là que pour moi l’impulsion du clown est irrésistible... le « théâtre d’opération » comme disent les « vrais » militaires est d’un ridicule insoutenable, d’une absurdité telle... que tout devient possible quand il s’agit de jouer à être encore plus ridicule que ridicule.

Mimer la police, la caricaturer, tourner en dérision aussi bien les postures que les outils, les costumes que les codes, les armes comme les déplacements, et bien entendu rigoler aussi des et/ou avec des militants bien sages ou pas sages du tout... Et l’infinie créativité du clown qui permet de jouer de tout et de tout le monde, qui peut aussi bien et vite sauter du militaire au journaliste, du militant énervé au enfants qui jouent, d’une publicité à une voiture en vitrine, d’un MacDo à un costard cravateux.

Une brigade de clowns est par nature incontrôlable puisque mis à part nos « fils rouges » que peuvent être par exemple « contrôler les sourires », « dépister la grippe acheteuse », « repeindre tout en vert » ou encore de « demander une augmentation de la température terrestre pour avoir chaud en Pologne ». Mis à part nos fils rouges donc, nous sommes des clowns : plongéEs dans nos merveilleux mondes imaginaires et émotionnels, enfantins, capables de rire, de jouer et de pleurer de tout, incapables de réfléchir, capables de trahir, d’aider les forces de l’ordre en jouant aux farces de l’ordre puis de s’amuser à se retourner contre eux une fois la confiance gagnée puis changer de camp encore, insaisissables clowns...

Des faits me direz vous ? Des chiffres même peut être ?

En nombres inestimables pour commencer : les sourires déclenchés (ou sourires extérieurs selon nos termes) et éclats de rires parfois très proches de la mort de rire... (nos clowns scientifrics bossent sur des solutions d’urgence pour calmer les violentes crises de rire, rassurez-vous)

En centaines minimum (et par clown svp donc fois neuf) : le nombre de câlins offerts à la population civile mais surtout militaire. (Pour la prochaine fois, on veillera à équilibrer avec les câlins aux civils parfois jaloux des militaires, à noter en effet qu’un civil non identifié a tenté de décrocher une des clowns toute fraichement mariée d’un jeune policier polonais déjà marié mais content)

9 clowns partis en mission : 0 mort, 0 blessé ni dans notre camp ni dans notre camp, balle au centre.
Plusieurs mariages inter artnez Clownistano-polonais avec cérémonies musicales.
7 minutes 13 bananes de scènes, chansons, danses, lettre au père Noel et cris aux loups lors des prises de paroles en fin de manifestation.
Aucune personne gazée, ni matraquée, ou du moins pas à la connaissance de nos Renseignements Généreux.
Nos Farces ont encore une fois prouvé leurs supériorité tactiques et techniques sur les armées Européennes...

De nombreux soldats poloniais nous disaient d’ailleurs sous couvert d’anonymat, je cite : « Amis français, il n’y a pas que le plombier polonais à recruter chez nous, il y aussi du policier gentil, poli, câlin, joueur, grand, costaud, la peau bien blanche et tout, bien obéissant, qui boit beaucoup et qui fume pas du tout, et qui serait heureux de travailler pas cher pour la police de France... »

Ils nous ont également donné des dossiers pour postuler dans l’artnez des clowns et pour que nous revenions animer des stages de transformation au clown en Pologne, les accords sont à l’étude et pas top secret.

En ce qui concerne les gouverne menteurs, présidents longues, sinistres de l’écologie, multinazionales, champions des crimes contre l’humanité et contre la planète, lobbyistes du développement durable du Greenwashing, nous étions surtout du voyage pour réaffirmer notre totale confiance dans tout ce beau monde pour continuer à fond à fond à fond droit dans le mur... aucun problème de ce côté là !

Un très grand Merci donc aux féroces soldats pas féroces Poloniais mais pas que, et aux donneurs d’ordre de tout pays pour vos inépuisables ressources renouvelables en énergies ridicules et absurdes dont le peuple du Clownistan est si friand...

Salutations sincères et Ambrassades chaleureuses d’un des vos envoyés spéciaux du Clownistan, pour ReporTerre.

Amour, humour, patience, persévérance, liberté... Rdv au plus tard le 14 juillet 2014 pour que la prophétie des clowns s’accomplisse... nos voyantes, astronautes et météorologues nous prévoient un feu d’artifices de clowns magiques, des peuples intergalactiques dans leurs plus beaux habits, et même que nous ferons nettement mieux et plus radicool que le 14 juillet 1789...

Non seulement il parait que nous allons être des millions de clowns, mais en prime que les militaires vont très très vite se rendre à l’évidence, et rejoindre nos Farces pour quelques semaines infinies de fiesta à Paris, dans tous les châteaux et musées, de l’Élisée à la maison blanche, des peuples du sud au nord, de toutes les galaxies proches et lointaines du Clownistan...


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et photo : Devenez vous-même clowns.

Inclownito anime les sites Générations futur et Devenez-vous-même clown

Lire aussi : A Varsovie, des jeunes gonflés à bloc venus de Bruxelles pour le climat.

17 janvier 2020
Une mère sioux et sa fille racontent une vie de combat aux États-Unis
Entretien
17 janvier 2020
Déterminé, le mouvement social cherche à tenir dans la durée
Reportage
18 janvier 2020
Au Sénégal, les populations se mobilisent contre un projet de port à conteneurs
Reportage