Un projet de lignes THT menace de défigurer la Haute Durance

Durée de lecture : 3 minutes

19 avril 2014 / Avenir Haute Durance



Réseau de Transport d’Électricité (RTE), filiale d’EDF, prépare la rénovation du réseau électrique des Hautes-Alpes. Malgré ses échecs dans les Pyrénées, le Verdon et en Savoie, RTE veut implanter en Haute-Durance des lignes THT aériennes surdimensionnées, qui impacteraient une région aux paysages somptueux dont dépend son économie.


RTE prévoit d’installer ces lignes à 225kV entre Gap et Briançon, dans des aires naturelles préservées et protégées, dans les limites du Parc National des Écrins, au bord du lac de Serre-Ponçon.

Les randonneurs qui fréquentent le GR50 (100 millions € de retombées par an pour le département) croiseront la ligne seize fois sur leur chemin !

Plus important, l’implantation des lignes aériennes touchera une vingtaine de captages d’eau potable desservant la majorité des villages ainsi que l’usine d’embouteillage ’« La Roche des Ecrins »} à Chorges. L’ouverture de pistes d’accès pour les engins, la réalisation des fondations et ancrages des pylônes, la coupe à blanc d’une centaine d’hectares de forêt (bande de 80 m de large) mettront en péril la protection des sources d’eau dont la filtration se réalise dans la moraine dans des zones forestières peu fréquentées.

C’est la seule et unique source d’approvisionnement en eau potable de la région. Une ressource mise en péril par le projet RTE qui va donc à l’encontre des lois sur l’eau françaises et européennes. A terme, c’est la survie des villages qui est en jeu. D’où une inquiétude légitime des habitants pour leur santé, leur patrimoine, l’économie et l’attractivité de leurs villages.

Désinformation et chantage

Pour ce projet RTE utilise la désinformation et le chantage : sur les techniques alternatives, l’urgence du dossier, les effets des champs électromagnétiques, le budget du projet et de l’entretien, les promesses pour les entreprises de BTP locales…

Les projections de consommation d’électricité d’EDF et RTE sont en décalage complet avec celles du Schéma Régional Climat Air Energie, et contredisent les objectifs de la Conférence Environnementale ou la Directive européenne de 2012 signée par l’Etat français. RTE table sur un doublement de la consommation électrique entre 2009 et 2050 alors que les pouvoirs publics prônent maîtrise et diminution de la consommation.

L’association citoyenne Avenir Haute Durance, créée en 2011, réunit plus de 2.000 adhérents. Elle réclame une révision des prévisions énergétiques avancées par RTE ainsi que l’enfouissement de toutes les lignes électriques.

RTE est un leader mondial de l’enfouissement des lignes THT. Cette solution n’est pas plus onéreuse. Elle est plus respectueuse de l’environnement et de la santé, moins dangereuse pour la sécurité des personnes. En fond de vallées, l’enfouissement ne nuira pas aux captages d’eau potable des villages.

Elle est aussi sécurisante pour la fourniture du courant avec un entretien moins onéreux : on dénombre en moyenne un défaut tous les vingt à vingt-cinq ans pour cent kilomètres de câble souterrain, contrairement aux lignes aériennes qui sont fréquemment endommagées par les tempêtes, la neige, les chutes d’arbres, les glissements de terrain, qui sont fréquents dans cette zone de montagne.

L’enquête publique qui a eu lieu en juin 2013 a montré l’opposition totale de la population à ce projet : 2.000 contributions écrites (12.500 pétitions).

Avenir Haute Durance a organisé des dizaines de réunions publiques, des manifestations, des stands d’information, et a rencontré la plupart des élus de la région. L’association vient de faire réaliser, à ses frais, une étude d’enfouissement par un expert européen. Une étude hydrogéologique est en cours.

RTE refuse toute négociation et continue les études sur le terrain ; mais modifier le projet aujourd’hui est encore possible.

Si la ministre de l’Écologie devait signer la Déclaration d’Utilité Publique, Avenir Haute Durance porterait l’affaire devant les tribunaux.





Source et photos : Courriel à Reporterre de Avenir Haute Durance

Lire aussi : Lignes THT : l’acharnement judiciaire se poursuit.

18 septembre 2020
La folie des projets routiers continue, malgré de farouches luttes locales
Info
17 septembre 2020
L’Office national des forêts demande l’aumône auprès de multinationales polluantes
Enquête
16 juillet 2020
Malgré la déforestation en Amazonie, l’Europe veut signer le traité avec le Mercosur
Info