Faire un don
28806 € récoltés
OBJECTIF : 80 000 €
36 %
Pour une presse libre comme l'air ! Soutenir reporterre

Une bombe atomique américaine a failli frapper New York en 1961

Durée de lecture : 2 minutes

23 septembre 2013 / Elise Delève (France Info)

Un document secret déclassifié a révélé qu’en 1961, l’explosion d’une bombe nucléaire a été évitée de justesse aux Etats-Unis. Un bombardier s’est disloqué en vol et a laissé échapper deux bombes sur la côte Est. La catastrophe a été évitée grâce à un interrupteur.


Deux bombes atomiques ont été lâchées accidentellement au dessus de la Caroline du Nord en 1961, sur la côte Est américaine. Une information révélée par Le Guardian qui s’est procuré un document secret déclassifié.

Les bombes étaient 260 fois plus puissantes que celle d’Hiroshima. Elles auraient pu toucher New York, Washington, Philadelphie et Baltimore. L’une est finalement tombée « dans un champ de Caroline du Nord, son parachute de sécurité coincé dans un arbre », écrit le Guardian, « et la deuxième est tombé dans une prairie près d’une route ».

Le rapport obtenu par le journaliste Eric Schlosser montre que les bombes se trouvaient dans un bombardier B-52 qui s’est disloqué en vol. L’une des deux s’est comportée exactement comme si elle avait été larguée intentionnellement, malgré les mécanismes de sécurité. Son parachute s’est ouvert et le processus de mise feu s’est enclenché. La catastrophe a été évitée d’extrême justesse grâce à un modeste interrupteur à faible voltage.

Le gouvernement américain nie

En 1969, l’ingénieur d’un laboratoire chargé de la sécurité mécanique de l’arsenal nucléaire a affirmé que trois des quatre dispositifs censés empêcher une mise à feu accidentelle n’ont pas fonctionné correctement ce jour là. « La bombe MK 39 Mod 2 ne possédait pas les mécanismes de sécurité appropriés pour un usage aéroporté à bord d’un B-52 », explique-t-il.

A l’époque, les autorités américaines ont nié que des vies aient été menacées. Eric Schlosser affirme quant à lui qu’au moins « 700 accidents impliquant 1 250 armes nucléaires ont été enregistrés » entre 1950 et 1958. « Le gouvernement américain a constamment essayé de cacher cette information pour éviter les questions relatives à notre politique sur les armes nucléaires », dit-il.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et photo : France Info

Complément d’information : Une bombe nucléaire larguée dans le Saint Laurent, au Québec, en 1950

Lire aussi : L’échec du missile atomique M 51 rappelle que la France viole le Traité de non-prolifération

9 décembre 2019
Les zadistes de la Cagette des terres ravitaillent et réchauffent les luttes
Reportage
7 décembre 2019
Le Brésil est toujours en flammes, mais la police harcèle les écolos
Info
28 novembre 2019
Le climatoscepticisme reste présent dans la classe politique
Enquête