Vers une civilisation de convivialité

Durée de lecture : 1 minute

26 octobre 2013 / Marc Humbert




La désastreuse méga-machine de l’efficacité technique et économique laisse de côté des milliards d’affamés, de rejetés ou de précaires, une nature dégradée. L’humanité a un besoin extrême de progresser vivement selon l’autre direction de son évolution, celle qui l’a fait naître et qui organise le bien vivre ensemble.

Partout des groupes, des individus résistent à la méga-machine. Ils expérimentent des organisations différentes, ils animent des oasis du bien vivre. Pour que l’avenir de l’humanité bascule vers cette civilisation de la convivialité, il faut que ces forces de vie en partagent explicitement la vision et affirment ce qui, au-delà de leur diversité, fait leur unité : une volonté de travailler ensemble, pour la vie, en prenant soin l’un de l’autre et de la nature.

Il faut clamer notre interdépendance généralisée, l’accepter et la mettre en oeuvre entre tous les humains et avec la nature.


Vers une civilisation de convivialité, Marc Humbert, éd. Goater, 64 p., 10 €.





Source : Lectures.

Consulter par ailleurs : La bibliothèque de Reporterre

28 septembre 2020
À l’île Maurice, rébellion et autogestion contre la marée noire
Tribune
25 septembre 2020
« Lubrizol nous a salis » : un an après l’incendie, des Rouennais témoignent
Reportage
23 septembre 2020
La réforme de la recherche « ne nous incite pas à prendre soin du monde dans lequel on vit »
Entretien




Du même auteur       Marc Humbert