Journal indépendant, en accès libre, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Pesticides

12 h de garde à vue pour avoir peint des coquelicots

Vendredi 2 novembre, jour de rassemblement mensuel de l’association « Nous voulons des coquelicots », Katia, infirmière à Reims, a peint quelques coquelicots à la peinture à l’eau sur les marches de la mairie.

« Puis elle s’en est allée dîner avec sa fille dans un restaurant voisin. C’est là que deux policiers sont venus l’interpeller », peut-on lire sur le site du mouvement. Amenée au commissariat à 20h, elle y a été prise en photo, ses empreintes ont été relevées et on l’a placée en garde à vue jusqu’à 11h le lendemain. Convoquée en janvier 2019, elle risque une amende de 500 € et un stage de citoyenneté.

« Quel signal nous envoient les autorités, à criminaliser une citoyenne qui exprime, pacifiquement et de façon on ne peut plus biodégradable, son droit à ne plus être empoisonnée par des toxiques légaux ? » s’interroge l’association, qui prendra en charge les éventuels frais engendrés par cette affaire.

-  Source : Nous voulons des coquelicots.

-  Image : Pixabay

Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire
Fermer Précedent Suivant

legende