Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info
Photographe dans les Vosges / © Mathieu Génon

Parce qu’informer sur le péril écologique est une priorité.

Reporterre publie quotidiennement,
en accès libre et sans publicité.
Le journal ne vit que des dons de lecteurs comme vous.

1 donateurs soutiennent Reporterre ce mois-ci.

Objectif de 12 000 donateurs

Soutenir Reporterre

En bref — Eau, rivières, océans

À Vittel, première victoire contre Nestlé

Va-t-on vers la fin de la privatisation de la nappe de Vittel par Nestlé ? L’État vient en effet de mettre un coup d’arrêt à la voracité de la multinationale.

L’Agence de l’eau et l’État ont ainsi appelé à abandonner le principe des transferts d’eau via des pipelines autour de Vittel, a-t-on appris ce mercredi 2 octobre. Ces transferts controversés visaient à réduire le déficit de la nappe profonde de Vittel, surexploitée. Un projet au détriment des habitants, au bénéfice de la multinationale Nestlé, principale responsable de l’épuisement des ressources en eau, comme l’avait raconté Reporterre. Après s’être montrées inflexibles, les autorités ont donc changé de ton : l’État et la préfecture des Vosges ont appelé à examiner une « solution alternative », d’après Vosges Matin.

Contacté par Reporterre, Bernard Schmidt, du collectif Eau 88 s’est réjoui de ce « revirement » : « L’Agence de l’eau Rhin-Meuse a pris en compte la plupart de nos demandes, en abandonnant le projet des forages et des transferts d’eau et en rappelant que la priorité doit être l’approvisionnement des habitants par des ressources à proximité de Vittel. » Ce qui implique de remettre en cause le quasi-monopole dont bénéficie actuellement Nestlé sur les nappes souterraines de Vittel.

L’Agence de l’eau a également réaffirmé que l’objectif restait bien la stabilisation de la nappe des grès d’ici 2021, ainsi que sa reconstitution. « Donc il va bien falloir demander à Nestlé et à la fromagerie de l’Ermitage [autre grosse industrie locale] de réduire significativement leurs prélèvements en eau », traduit M. Schmidt.

D’après le militant, « cette avancée est le résultat de quatre années de lutte locale » : « La médiatisation, la judiciarisation [une élue est poursuivie pour prise illégale d’intérêt], et l’internationalisation de notre combat contre Nestlé [avec des échos au Canada, au Brésil] ont permis de remettre en cause le système Nestlé », a-t-il souligné.

Le collectif Eau 88 a déclaré « rester vigilant » et a notamment demandé un moratoire sur tous nouveaux forages dans les nappes.

  • Source : Reporterre

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende