A quoi EELV sert-il ?

Durée de lecture : 5 minutes

21 novembre 2013 / Paul Ariès

Le parti Europe Ecologie Les Verts tiendra son congrès à Caen le 30 novembre. Dans cette perspective, Reporterre ouvre sa tribune aux écologistes, politiques et intellectuels pour répondre à la question : A quoi EELV sert-il ? Après Jean-Claude Guillebaud, Denis Baupin et Alain Lipietz, Paul Ariès livre son point de vue.


Jean-Claude Guillebaud a raison : EELV ne servirait plus à rien sinon de caution à la haine de l’écologie. Une haine dont le mouvement anti-ecotaxe n’est qu’un symptôme annonciateur. EELV n’a pas su donner envie de changer de société, elle n’a jamais su susciter le désir de vivre autrement. On comprend mieux que nos détracteurs aient pu gagner en parlant d’écologie punitive (sic)...

Je ne pense pas cependant que cet échec s’explique par la volonté de camper dans le « jeu » politique. Que je sache, la situation de l’écologie n’est pas meilleure dans les pays dépourvus de partis Verts ! Que je sache, la pensée écolo n’est pas moins compromise dans les ONG environnementalistes ! Aurélien Bernier et Fabrice Nicolino ont dénoncé avec raison les dérives des technocrates verts.
J’entends bien ce qui motive chez Guillebaud la dénonciation de l’illusion politique à la façon de Jacques Ellul… mais je pense justement que EELV crève d’être déjà sur ce point trop ellulienne.

EELV a contribué, beaucoup plus que les Verts, à désidéologiser le débat écologique et à en faire non pas l’affaire de tous mais de quelques-uns, des spécialistes des questions écologiques et de la nature. Ellul appelait à remettre en cause la croyance que la politique est au niveau de chacun (L’illusion politique, p. 25). Reconnaissons à EELV d’avoir oublié qu’il fallait apprendre à faire de la politique autrement.

Je ne fais pas partie des déçus d’EELV puisque j’écrivais dans Cohn-Bendit, l’imposture (Max Milo) que la métamorphose des Verts en EELV était une bien mauvaise nouvelle pour l’écologie. Si je crois comme Guillebaud que les mouvements sociaux sont les principaux moteurs de l’histoire, cela ne me conduit pas à souhaiter une quelconque dépolitisation, mais à changer la forme-parti…

Je voudrais rendre grâce aux Verts

Avant de porter le fer au point le plus sensible, je voudrai rendre grâce aux Verts pour deux choses. Ils n’ont jamais opposé l’écologie et le social et ils furent longtemps (presque) les seuls à le clamer. EELV a aujourd’hui déserté cette position, faute de camper suffisamment sur les terrains de la réduction du temps de travail, du revenu minimum même sans emploi, de la défense et de l’extension de la sphère de la gratuité, de l’économie sociale et solidaire, de l’idée coopérative, etc.

La perspective de créer des centaines de milliers d’emploi pour permettre la transition écologique ne peut tenir lieu de projet en matière d’émancipation à la fois sociale, écologique et politique…. Chiche : à quand un ministre EELV aux côtés des Fralib et signataire de l’appel au boycott d’Unilever !

J’aimerais rendre grâce aux Verts d’avoir aussi toujours été en parole du côté de ceux qui appellent à un surcroît de démocratie contre ceux que fascinent l’idée d’une « tyrannie éclairée »EELV est cependant incapable d’aller jusqu’au bout de cette démocratisation du politique, faute d’avoir choisi d’être une organisation de masse, faute que ses dirigeants aient renoncé à devenir des professionnels de la politique faisant carrière dans la représentation des autres…

Chiche, Denis Baupin, que les députés d’EELV en France et en Europe ne sollicitent jamais plus d’un mandat !

EELV crève de ne pas vouloir choisir entre une écologie libérale et une écologie antilibérale

EELV ne crève pas de faire trop de politique ou d’écologie mais d’en faire dans le cadre du système. EELV crève de ne pas savoir choisir entre l’écologie des pauvres et l’écologie des riches, elle crève d’avoir trop longtemps laissé croire qu’il fallait être déjà assez riche pour s’occuper d’écologie, EELV crève de ne pas vouloir choisir entre une écologie libérale et une écologie antilibérale, entre sa foi dans la croissance économique salvatrice et une objection de croissance amoureuse du bien vivre, EELV crève de ne pas croire dans des ruptures possibles d’avec le capitalisme et le productivisme.

La question n’est pas de savoir s’il faut être dedans ou dehors, mais dans quelle direction nous allons. Ce qui est vrai pour le gouvernement l’est aussi au niveau municipal, départemental, régional ! Pour EELV, le parti Solférinien est-il toujours de gauche et socialiste ou est-il une deuxième droite ? EELV pourrit comme les poissons par la tête, c’est-à-dire par absence de concepts novateurs…

Depuis quand EELV n’a-t-elle pas lancé une grande idée capable de donner du grain à moudre à l’écologie ? La dernière (à ma connaissance) était celle proposée par Cochet de créer un bouclier énergétique. EELV s’est laissée piéger par le Grenelle des dupes… et n’en a toujours pas tiré les leçons.

En bons technocrates verts, ses dirigeants comme Michèle Rivasi, défendent le principe d’un paiement au poids de la collecte des ordures ménagères alors que les militants « écolos » de Haute-Loire luttent contre ce projet, car ils savent qu’il est écologiquement stupide, puisqu‘il renforce les dépôts et incinérations sauvages, et qu’il est socialement injuste puisque la poubelle des milieux populaires se remplit plus vite que celle des bobos (grande distribution plutôt que commerce de proximité).

N’ayant plus le fétichisme des organisations (faites pour décevoir) et des leaders (faits pour trahir), je ne jetterai surtout pas la pierre à ceux qui à l’intérieur d’EELV tentent de faire bouger les lignes. J’avoue que la motion soutenue par Utopia au prochain congrès d’EELV me semble poser les bonnes questions… A chacunE selon sa propre histoire de juger s’il/elle les pose au bon moment et au bon endroit…



Source : Paul Ariès pour Reporterre

Paul Ariès est rédacteur en chef du nouveau mensuel les Z’indigné(e)s et publie le 22 novembre : Nos rêves ne tiennent pas dans les urnes, éloge de la démocratie participative, Max Milo.

Photo : Agora Vox

Lire aussi : A quoi EELV sert-il ?, les réponses de Jean-Claude Guillebaud, Denis Baupin et Alain Lipietz

22 juillet 2019
Gilets jaunes, écologistes et Collectif pour Adama, ensemble contre les crimes de la police
Reportage
9 juillet 2019
Ceux qui aiment le raisonnement scientifique devraient être pour l’homéopathie
Tribune
22 juillet 2019
Sites naturels : l’urgence de réguler le tourisme de masse
Enquête




Du même auteur       Paul Ariès