Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Acrimed a besoin d’aide


Il y a bientôt deux mois, nous lancions cet appel que nous avons plusieurs fois renouvelé depuis. « Notre souscription, c’est maintenant ! Objectif 40 000 euros ». Nous écrivions : « Évitons de dramatiser. Si la situation était dramatique nous vous le dirions ». La situation n’est pas dramatique, mais elle est périlleuse.

Nous n’avons recueilli à ce jour que le quart de la somme escomptée. Merci aux généreux donateurs… Et merci d’avance à celles et ceux qui vont le devenir !

Faut-il le rappeler ? Toutes les activités d’Acrimed sont bénévoles. Notre site et nos listes de diffusion publiques sont gratuits. Nous ne percevons aucune subvention. Nous n’avons recours à aucune publicité. Nous n’avons pas d’autres ressources que vos dons et les cotisations de nos adhérents

Notre contestation de l’ordre médiatique existant, du moins telle que nous la comprenons, n’est pas un produit destiné à de simples consommateurs de contestation. Si, lectrices et lecteurs de ce site, vous souhaitez que notre activité se poursuive avec l’intensité qu’elle a acquise et se renforce, cela dépend aussi de vous.

Acrimed emploie un secrétariat administratif. Il a en charge la coordination de toute l’administration de l’association et le suivi de ses activités. Or, nous avons impérativement besoin d’un-e second-e salarié-e pour coordonner l’observation des médias, la rédaction des articles pour le site, l’enrichissement de son contenu, la préparation du magazine Médiacritique(s), etc.

40 000 euros c’est ce que coûterait l’embauche à temps plein d’un-e secrétaire de rédaction pour un an, cotisations salariales et patronales comprises.

À défaut d’un-e secrétaire de rédaction permanent-e, la rédaction elle-même, composée de exclusivement de contributeurs bénévoles et, par conséquent, intermittents, ne peut pas fonctionner. À défaut des 40 000 euros dont nous avons besoin, le développement de notre association sera entravé, la confiance que nous accordent nos lecteurs (dont témoigne l’audience croissante de notre site et de notre magazine) sera déçue et le succès des Nouveaux Chiens de garde ne connaîtra pas, parmi les suites qu’il mérite, celles qui dépendent de nous.

N’attendez pas une réforme fiscale, en espérant qu’elle vous permettra de bénéficier des ressources supplémentaires !

Notre souscription, c’est maintenant !

Vos dons, c’est maintenant !

Vos adhésions, c’est maintenant !


Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire
Fermer Précedent Suivant

legende