Média indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité, financé par les dons de ses lecteurs

Albert Jacquard est passé de vie à trépas


Attac France

Attac s’associe à la peine de ceux et celle qui ont perdu Albert Jacquard, un proche, un ami, un compagnon de lutte, un camarade.

Soutien des plus démuni.e.s, des mal logés et des sans papiers, il a aussi interrogé le monde comme scientifique. Dans le débat d’idées, dans les manifestations ou les rassemblements les plus modestes où avec dignité et persévérance, il était aussi présent, son humanisme vigoureux va manquer.

Attac s’associera à l’hommage rendu par l’association Droit au logement vendredi 13 septembre à 17h Place Edouard Herriot - devant l’Assemblée nationale Paris 7e Métro Assemblée nationale.


Hommage de Armes nucléaires STOP et de l’Observatoire des armements

Merci Albert Jacquard !

Albert Jacquard vient de nous quitter. Armes nucléaires STOP » et l’Observatoire des armement saluent son courage pour les nombreux combats qu’il a menés tout au long de sa vie et tout particulièrement son engagement contre la folie nucléaire pour lequel il avait, en 2012, conjugué sa voix à celle de Stéphane Hessel pour lancer un appel pour Exigez un désarmement nucléaire total !, dans un ouvrage paru aux éditions Stock.

Nous exprimons toutes nos condoléances à sa famille et à ses proches.


Article du figaro.fr :

Albert Jacquard, le célèbre scientifique, militant de gauche et défenseur du droit au logement est décédé mercredi soir à son domicile parisien du VIe arrondissement à l’âge de 87 ans. C’est son fils qui a annoncé la nouvelle à l’AFP, en précisant que son père avait été emporté par une forme de leucémie. Geneviève Fioraso, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, a rendu hommage à « un grand humaniste ».

Depuis sa naissance le 23 décembre 1925, Albert Jacquard a eu un parcours bien atypique. Quand il sort de l’École polytechnique en 1948, il est ingénieur des Manufactures de l’État et intègre l’Institut de statistiques et devient ingénieur d’organisation et méthode à la Seita (ancienne société nationale de fabrique de cigarettes). Puis il passe par le ministère de la Santé et l’Institut national d’études démographiques.

Mais cette carrière de haut fonctionnaire qui s’ouvre devant lui ne convient pas à cet esprit libre, curieux et presque utopiste. Il s’engage alors sur la voie scientifique : certificat de génétique, passage aux États-Unis à l’université Stanford, puis doctorats de biologie humaine et de génétique, professeur… Il devient très vite un spécialiste mondialement reconnu de la génétique des populations. Il rappelle que, selon sa discipline, « les races n’existent pas ».

En parallèle, il s’engage sur le terrain des idées. Membre du comité national d’éthique, il se prononce contre l’exploitation à des fins commerciales du génome humain et le brevetage généralisé du vivant. Il milite pour ses idées humanistes, notamment aux côtés de l’association Droit au logement et de l’Abbé Pierre. Il apporte son soutien aux étrangers en situation irrégulière en grève de la faim et se prononce en faveur d’un abandon du nucléaire civil et militaire. Il milite également avec force pour la reconnaissance de l’espéranto. L’an dernier, il avait affirmé vouloir voter Mélenchon.

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende