Je fais un don
OBJECTIF :
120 000 €
62019
COLLECTÉS
52 %

Alternatiba lance le Grand défi des alternatives

16 mai 2017 / Margaux Desdet (Reporterre)

Lundi matin 15 mai, dans 17 villes de France, des centaines de nains de jardin, surnommés les « naindignés », manifestaient dans les rues. Ils ont été source d’interrogation pour les passants, comme sur les réseaux sociaux derrière les hashtag #naindigné. Ce n’est qu’en fin de journée que le mystère a été dévoilé : ce happening, à l’initiative de la dynamique citoyenne pour le climat Alternatiba, a annoncé le lancement du Grand Défi des Alternatives, proposé à l’ensemble des citoyens. Comme le précise Cécile Marchand, la porte-parole, « il fallait enclencher la transition écologique et sociale sans attendre que la solution vienne d’en haut ». Ces #Naindigné sont donc devenus les symboles de la détermination à construire des alternatives durables. Car si les initiatives solidaires se multiplient et prennent de l’ampleur, elles sont encore trop marginales pour faire système.

Engagée dans la promotion d’alternatives concrètes au dérèglement climatique depuis 2013, Alternatiba lance une campagne en deux temps. Première étape : impulser le passage à l’action des citoyennes et des citoyens. Elle lance d’ailleurs une grande plate-forme en ligne pour relever ce défi, pendant que des mobilisations se préparent. « Le but est de réaliser des actions concrètes sur 200 jours : c’est ce qu’on appelle le crowdacting. Chacun peut ainsi rejoindre une équipe, découvrir les défis près de chez lui et relever ceux de son choix. On peut s’engager pour la transition énergétique, la finance solidaire ou l’alimentation durable », précise Cécile Marchand. La deuxième étape sera d’intégrer les collectivités locales dans le mouvement.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. Il n’y jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés.

Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et laissons tous nos articles en libre accès, afin qu’ils restent consultables par tous. Reporterre dépend en grande majorité des dons de ses lecteurs. Le journal, indépendant et à but non lucratif, compte une équipe de journalistes professionnels rémunérés, nécessaire à la production quotidienne d’un contenu de qualité. Nous le faisons car nous croyons que notre point de vue, celui de l’environnement et de l’écologie, compte — car il est aussi peut-être le vôtre.

Notre société a besoin d’un média qui traite des problématiques environnementales de façon objective, libre et indépendante, en restant accessible au plus grand nombre ; soutenir Reporterre est ma manière de contribuer à cette démarche. » Renan G.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : « Irrintzina », le film qui raconte l’histoire d’Alternatiba

Source : Margaux Desdet pour Reporterre

DOSSIER    Alternatiba

4 juin 2018
Comment les riches détruisent la planète ! Le 13 juin, Hervé Kempf et deux clowns des Chiche Capon
La vie de Reporterre
19 juin 2018
Nicolas Hulot vu par le HulotScope : 69 % de mesures négatives pour l’environnement
Enquête
19 juin 2018
À Châtenay-Malabry, le Grand Paris « chasse les pauvres »
Reportage


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Alternatiba





Du même auteur       Margaux Desdet (Reporterre)