Au jardin sans pétrole, la bête à bon Dieu a volé jusqu’aux cieux

Durée de lecture : 2 minutes

31 octobre 2015 / Christine Laurent (Reporterre)

Profitant du redoux, les voraces coccinelles asiatiques sont de sortie. Voilà des années qu’elles ont pris la place des coccinelles indigènes, aux États-Unis comme en Europe, parmi lesquelles leurs sœurs à sept points.

Pas de chance ce matin, nous avons raté le train ! L’attente est longue sur le quai de la gare d’Austerlitz mais, avec le changement d’heure, nous avons une belle journée devant nous.

Au jardin, le temps s’est radouci et le soleil exacerbe les couleurs chatoyantes de l’automne. Je regrette d’être venue sans un carnet pour noter les plantes qu’il serait heureux de déplacer dans les prochaines semaines, comme cette jolie sauge grahamii blanche offerte par une amie, dont la touffe buissonnante va rapidement gêner les artichauts. J’ai aussi repéré des corolles naissantes d’onagre, une plante bisannuelle semée l’année dernière et qui en toute logique poussera au printemps prochain. Il y a partout des coccinelles dont nous assistons au vol groupé comme un escadron en patrouille.

La sauge grahamii blanche.

Rien à voir avec la coccinelle à sept points de mon enfance ! Ces coccinelles sont les adultes des larves lâchées dans les jardins et les champs pour dévorer les pucerons. Elles représentent l’espèce Harmonia axyridis, originaire d’Asie orientale et centrale et particulièrement vorace. Comme elle se reproduit facilement – c’est à dire à bas coût – en laboratoire, elle a été désignée comme l’agent n°1 de la lutte intégrée contre les pucerons. Les États-uniens ont été les premiers à l’envoyer au combat dans les serres mais aussi en plein champ dès les années soixante. À la fin des années quatre-vingt, elle s’était naturalisée et aujourd’hui, selon différentes études américaines, elle est la coccinelle dominante, souvent au dépend des espèces indigènes dont elle n’hésite pas à dévorer les larves quand elle n’a plus de pucerons à se mettre sous la dent !

La bestiole prend le large

Ces premières alertes n’ont pas fait reculer les Européens, qui ont commencé les lâcher de larves à la fin des années quatre-vingt. L’Institut national de recherche agronomique mène alors des essais dans les vergers du sud de la France et en Île-de-France contre le puceron du rosier et dans le nord de la France contre celui du houblon. En 1995, la production industrielle de la souche « bon voilier » est confiée à la société Biotop. Ni bio ni top ! Car la bestiole prend le large… Elle a, depuis, été remplacée dans les jardineries par une espèce sédentaire qui ne sait pas voler…

Dans le jardin, la jolie bête à bon Dieu a bel et bien volé jusqu’au cieux.

- Pour apprendre à reconnaître les coccinelles et pour en savoir plus sur la coccinelle à sept points


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : DOSSIER : Jardin sans pétrole

Source : Christine Laurent pour Reporterre

Photos :
. Chapô : Harmonia axyridis (jardin botanique de Schönbrunn).
. la sauge : © Christine Laurent/Reporterre.

DOSSIER    Jardin sans pétrole

14 septembre 2019
Algues vertes en Bretagne : 4 points pour comprendre le problème
Info
25 juillet 2019
Aux Rencontres de la photographie d’Arles, les murs séparent, la nature relie
À découvrir
27 juillet 2019
Quand une coopérative ouvrière relance la culture locale du tilleul
Alternative


Dans les mêmes dossiers       Jardin sans pétrole





Du même auteur       Christine Laurent (Reporterre)