Faire un don
54315 € récoltés
OBJECTIF : 80 000 €
68 %
Pour une presse libre comme l'air ! Soutenir reporterre

Business & destruction

Durée de lecture : 3 minutes

19 octobre 2010 / Hervé Kempf


Le Muséum d’histoire naturelle est un lieu cher à tout écologiste : c’est de cette mémoire vivante de la biosphère qu’ont été lancés, en France, maints cris d’alarme sur l’environnement, à commencer par le livre pionnier de Jean Dorst (Avant que nature meure, Delachaux et Niestlé, 1965). Près de quarante ans plus tard, alors que l’érosion de la biodiversité se poursuit à un rythme effrayant, le Muséum accueille, le 19 octobre, un symposium international « Business & biodiversity » (1). Total, EDF, Lafarge, BASF, Areva, Veolia et autres compagnies sponsorisent l’événement dont le message subliminal est : « Laissez les entreprises s’en occuper ».

Au même moment s’est ouverte à Nagoya, au Japon, la conférence des Nations unies sur la biodiversité, dont le principal point de friction est le partage des bénéfices tirés des richesses naturelles. Alors que le désastre s’étend, les hommes continuent à se disputer. On songe au tableau de Goya - évoqué par Michel Serres dans Le Contrat naturel - où deux hommes se battent à coups de gourdin dans des sables mouvants qui les aspirent vers le néant.

C’est du système financier que viendrait maintenant « LA solution » : il faudrait donner un prix à la nature pour qu’on la respecte. L’idée a été lancée voici vingt ans par l’économiste David Pearce (Blueprint for a Green Economy, 1989 (2)). Elle a cheminé et a trouvé une consécration officielle dans le rapport de Pavan Sukhdev (3), un banquier indien travaillant pour la Deutsche Bank et qui a fait une partie de sa carrière sur le marché boursier de Bombay. Il exprime le nouveau dogme : « Les ressources naturelles forment un capital qui offre tout le potentiel d’un bon investissement. » (4)

Cette approche, en vedette à Nagoya, est censée inciter les gouvernements et les agents économiques à comparer le coût d’un investissement à celui des « services » qu’il fait perdre. Elle prépare la généralisation de systèmes de compensation où une destruction, ici, serait balancée par une restauration ailleurs. Mais il n’y a là que l’aveu de l’impuissance du pouvoir politique - normalement porteur de l’intérêt général - face au pouvoir financier. Seul le calcul économique serait légitime pour décider des choix collectifs. Et l’on fournit, en réalité, un alibi au maintien du système : la compensation est un permis de détruire.

En fait, la résistance citoyenne est le meilleur moyen d’empêcher la destruction de l’environnement. En Aquitaine, l’autoroute Pau-Langon se construit faute d’opposition assez forte. En Inde, le projet minier Vedanta est rejeté grâce à la lutte des paysans et des indigènes (5). La destruction de la nature n’est pas un problème économique, mais politique.

..........................................

Notes :

(1) http://www.epe-asso.org/index.php?p.... Le programme - très instructif - du symposium n’est malheureusement pas en ligne.

(2) http://books.google.fr/books?id=jMT...

(3) http://ec.europa.eu/environment/nat.... Voir aussi le site : http://www.teebweb.org/

(4) Cité par : http://www.novethic.fr/novethic/pla...

(5) http://www.survivalfrance.org/actu/6404




Source : Article écrit pour Le Monde, mais non publié, le journal ne paraissant pas mardi 19 octobre 2010 en raison de la grève.

Lire aussi : Les économistes sont incapables de penser le long terme http://www.reporterre.net/spip.php?...

13 décembre 2019
Face au changement climatique, des jardiniers et maraîchers cultivent les semences paysannes
Alternative
13 décembre 2019
La Chine, une inquiétude pour le climat mondial
Info
14 décembre 2019
Les gaz lacrymogènes exposent-ils au cyanure ? Un biologiste l’assure
Enquête




Du même auteur       Hervé Kempf