Business & destruction

Durée de lecture : 3 minutes

19 octobre 2010 / Hervé Kempf




Le Muséum d’histoire naturelle est un lieu cher à tout écologiste : c’est de cette mémoire vivante de la biosphère qu’ont été lancés, en France, maints cris d’alarme sur l’environnement, à commencer par le livre pionnier de Jean Dorst (Avant que nature meure, Delachaux et Niestlé, 1965). Près de quarante ans plus tard, alors que l’érosion de la biodiversité se poursuit à un rythme effrayant, le Muséum accueille, le 19 octobre, un symposium international « Business & biodiversity » (1). Total, EDF, Lafarge, BASF, Areva, Veolia et autres compagnies sponsorisent l’événement dont le message subliminal est : « Laissez les entreprises s’en occuper ».

Au même moment s’est ouverte à Nagoya, au Japon, la conférence des Nations unies sur la biodiversité, dont le principal point de friction est le partage des bénéfices tirés des richesses naturelles. Alors que le désastre s’étend, les hommes continuent à se disputer. On songe au tableau de Goya - évoqué par Michel Serres dans Le Contrat naturel - où deux hommes se battent à coups de gourdin dans des sables mouvants qui les aspirent vers le néant.

C’est du système financier que viendrait maintenant « LA solution » : il faudrait donner un prix à la nature pour qu’on la respecte. L’idée a été lancée voici vingt ans par l’économiste David Pearce (Blueprint for a Green Economy, 1989 (2)). Elle a cheminé et a trouvé une consécration officielle dans le rapport de Pavan Sukhdev (3), un banquier indien travaillant pour la Deutsche Bank et qui a fait une partie de sa carrière sur le marché boursier de Bombay. Il exprime le nouveau dogme : « Les ressources naturelles forment un capital qui offre tout le potentiel d’un bon investissement. » (4)

Cette approche, en vedette à Nagoya, est censée inciter les gouvernements et les agents économiques à comparer le coût d’un investissement à celui des « services » qu’il fait perdre. Elle prépare la généralisation de systèmes de compensation où une destruction, ici, serait balancée par une restauration ailleurs. Mais il n’y a là que l’aveu de l’impuissance du pouvoir politique - normalement porteur de l’intérêt général - face au pouvoir financier. Seul le calcul économique serait légitime pour décider des choix collectifs. Et l’on fournit, en réalité, un alibi au maintien du système : la compensation est un permis de détruire.

En fait, la résistance citoyenne est le meilleur moyen d’empêcher la destruction de l’environnement. En Aquitaine, l’autoroute Pau-Langon se construit faute d’opposition assez forte. En Inde, le projet minier Vedanta est rejeté grâce à la lutte des paysans et des indigènes (5). La destruction de la nature n’est pas un problème économique, mais politique.

..........................................

Notes :

(1) http://www.epe-asso.org/index.php?p.... Le programme - très instructif - du symposium n’est malheureusement pas en ligne.

(2) http://books.google.fr/books?id=jMT...

(3) http://ec.europa.eu/environment/nat.... Voir aussi le site : http://www.teebweb.org/

(4) Cité par : http://www.novethic.fr/novethic/pla...

(5) http://www.survivalfrance.org/actu/6404






Source : Article écrit pour Le Monde, mais non publié, le journal ne paraissant pas mardi 19 octobre 2010 en raison de la grève.

Lire aussi : Les économistes sont incapables de penser le long terme http://www.reporterre.net/spip.php?...

5 juin 2020
Incendie de Lubrizol : les sénateurs critiquent sévèrement l’action gouvernementale
Info
5 juin 2020
Constantinople, un exemple historique de résilience alimentaire
Tribune
4 juin 2020
Comédienne, je ne veux pas que les théâtres rouvrent
Tribune




Du même auteur       Hervé Kempf