Comment transformer les limaces en amies

9 juin 2018 / Christine Laurent (Reporterre)

Diantre ! Les limaces envahissent en ce printemps humide le jardin sans pétrole. Comment s’en débarrasser ? À moins de composer avec elles, car comme tout organisme vivant, elles ont leur utilité dans le grand cycle de la vie.

Jean-Marie a emporté de la bière et des gobelets en plastique avec la ferme intention d’installer partout des pièges contre les limaces. Ca ne me plaît pas, même s’il est vrai que cette année, elles prolifèrent et dévorent pratiquement tout ce que nous plantons et semons, ne laissant aucune chance aux plantules. Nous allons faire notre troisième tentative de semis de haricots verts ! Pour les courges, les concombres et les courgettes nous comptons sur les graines qui ont germées spontanément, dont trois ont survécu. Adieu la courge Giraumon turban, une très ancienne variété française déjà inscrite au catalogue de Vilmorin avant la Révolution français, en 1785, et que j’étais si contente d’avoir vue sortir de terre !

Avec cette surpopulation de grande loche, nom vernaculaire donnée à cette espèce de la famille des Arionidae qui s’est installée, je me réjouis de voir qu’il y a quand même plein de fraises dans le jardin. Évidemment, une sur quatre environ a été plus ou moins abimée par les limaces, mais aussi par les fourmis et les cloportes, pour ce que j’ai pu observer en récoltant les fruits juteux et parfumés. A l’ombre, les grandes loches attendent, en demi-boule pour signifier qu’on les dérange. Au niveau des pieds des fraisiers, j’observe une bave mousseuse et en grattant un peu, découvre que des bébés limaces sont partout !

Certes, l’année a été très humide, mais n’avons-nous pas dans notre quête d’un sol vivant, riche en humus, favorisé leur multiplication ? Quel peut bien être le rôle de ces mal-aimées, capables de transformer en assassin n’importe quel.le jardinier.ère biophile ?

Car si les limaces sont présentes partout et depuis si longtemps - elles ont gardé de leur ancienne vie aquatique un goût prononcé pour l’humidité - c’est sans doute qu’elles ont une fonction dans la vie biologique du sol. À l’instar des épigés, ces vers de terres de surface, elles aiment les feuilles un peu passées, que vous ne mettriez pas dans votre salade, et les plantes mal fichues que les champignons pathogènes commencent à attaquer. Ainsi, les limaces ont une fonction importante dans la digestion des végétaux et l’incorporation de ces derniers dans le sol pour créer une terre riche en humus. Les limaces assainissent aussi le jardin en supprimant des feuillages douteux, limitant ainsi le développement de maladies fongiques.

Je comprends ainsi pourquoi les semis spontanés ont mieux résisté que les plantes en godet qui s’affaiblissent toujours au moment de la transplantation. Notre habitude de laisser sur place les herbes spontanées que nous arrachons apportent de fait une nourriture conséquente aux grandes loches du jardin, surtout quand on les recouvrent d’un mulch qui garde la fraîcheur !

Hervé Coves, ingénieur agronome et défenseur d’une vision holistique de la vie, propose de composer avec cette « ennemie historique » des jardiniers en leur aménageant des endroits douillets, comme un parterre de colza ou autres crucifères, où elles pourront se refaire une santé après l’hiver. Elles en raffolent ! Elles pourraient ensuite se montrer plus raisonnables dans le jardin en faisant leur boulot. Il aime à rappeler que la vie est belle. Chaque être a sa place sur terre. Apprendre à travailler avec la nature est un processus complexe qui demande connaissance, tolérance et humilité. Merci les limaces pour cette leçon de vie.


Puisque vous êtes ici...
... nous avons une faveur à vous demander. Il n’y jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés.
Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et laissons tous nos articles en libre accès, afin qu’ils restent consultables par tous. Reporterre dépend en grande majorité des dons de ses lecteurs. Le journal, indépendant et à but non lucratif, compte une équipe de journalistes professionnels rémunérés, nécessaire à la production quotidienne d’un contenu de qualité. Nous le faisons car nous croyons que notre point de vue, celui de l’environnement et de l’écologie, compte — car il est aussi peut-être le vôtre.

« Notre société a besoin d’un média qui traite des problématiques environnementales de façon objective, libre et indépendante, en restant accessible au plus grand nombre ; soutenir Reporterre est ma manière de contribuer à cette démarche. » Renan G.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1€, vous pouvez soutenir Reporterre - et cela ne prend qu’une minute. Merci. Soutenir Reporterre





Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Le jardin sans pétrole reprend vie, les limaces aussi !

Source : Christine Laurent pour Reporterre

Photos : © Christine Laurent/Reporterre sauf
. chapô : un Arion vulgaris. Wikipedia (CC BY-SA 3.0)

DOSSIER    Jardin sans pétrole

23 octobre 2018
Aux États-Unis, la Cour suprême entrave le procès des jeunes pour le climat
Info
23 octobre 2018
CARTE EXCLUSIVE — Les déchets radioactifs s’entassent partout en France
Enquête
18 octobre 2018
Quelles entreprises françaises continuent d’investir dans le charbon ?
Une minute - Une question


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Jardin sans pétrole





Du même auteur       Christine Laurent (Reporterre)