Contre l’inaction climatique, des marches réunissent des milliers de personnes dans neuf villes

Durée de lecture : 4 minutes

10 janvier 2020



Huit millions d’hectares (80.000 km²) ont été ravagés dans toute l’Australie depuis le mois de septembre. Si ces incendies se déroulaient en France, la quasi-totalité de la région Nouvelle-Aquitaine (84.000 km²) serait partie en fumée. C’est trois fois plus que les 25.000 km² détruits par les incendies d’août 2019 en Amazonie [1]. En comparaison, les feux de forêt californiens de l’été 2018 font figure de « petits » incendies : 8.000 km², soit la taille de la Corse (8 679,8 km²).

Pour manifester leur colère contre « l’inaction climatique du gouvernement », des milliers d’activistes ont marché ce vendredi 10 janvier dans la plupart des grandes villes australiennes.

« Nous manifestons ce vendredi parce que nous sommes fous de rage quant à la négligence criminelle de notre gouvernement »

Les mobilisations ont été organisées par une organisation étudiante nationale, Uni Students for Climate Justice, et se déroulent dans des villes comme Melbourne, Sydney, Brisbane et Perth.

« Nous manifestons ce vendredi parce que nous sommes fous de rage quant à la négligence criminelle de notre gouvernement face à la crise des feux de bush », peut-on lire sur la publication Facebook de la page.

Les manifestants ont cinq réclamations : une hausse du budget alloué aux pompiers, davantage d’aides pour les habitants affectés par les feux, la souveraineté de l’eau et des terres pour les communautés indigènes, une transition immédiate vers des énergies renouvelables et une « transition juste » pour les travailleurs dans l’industrie des énergies fossiles. La plus grande manifestation sera probablement à Melbourne, où les organisateurs comptent maintenir la marche malgré l’appel des autorités locales à reporter l’événement à plus tard, au vu des conditions des feux dans la région et des ressources policières limitées.

La semaine dernière dans la ville de Cobargo dans la Nouvelle-Galles du Sud – une ville ravagée par les feux – le premier ministre australien a été durement accueilli par des habitants furieux d’avoir perdu leur maison. Une femme a refusé de lui serrer la main s’il n’augmentait pas le financement des pompiers de la Nouvelle-Galles du Sud. « Nous avons besoin davantage d’aide ! » a-t-elle crié au premier ministre, alors qu’il s’éloignait. Un autre habitant, plus explicite, l’a qualifié « d’idiot ».

Autre cible des critiques : les médias conservateurs australiens – particulièrement ceux que le magnat des médias australiens Rupert Murdoch possède, comme le quotidien influent The Australian —, accusés de relayer de fausses informations et critiqués parce qu’ils condamnent les manifestants demandant une action plus sérieuse de la part du gouvernement.

Au-delà des terres brûlées, les citadins respirent un air fortement pollué

Les dégâts causés par les incendies ne se limitent pas aux terres qu’ils brûlent. Leurs fumées étouffent depuis de longues semaines plusieurs villes d’Australie. C’est particulièrement vrai à Canberra, la capitale, dont la qualité de l’air était pourtant vantée par The Telegraph en 2018. Le 1er janvier 2020, l’air était saturé de particules fines PM10 : 815,11 µg/m³ en moyenne pendant la journée, bien loin de la limite des 50 µg/m³ recommandée par l’OMS. Le même jour, les Parisiens respiraient un air 33 fois moins pollué et les habitants de New Delhi, l’une des villes les plus polluées du monde, évoluaient dans un environnement 1,6 fois moins chargé en particules fines.

Les feux, provoqués par une canicule et une sécheresse d’une intensité jamais observée jusqu’ici sur l’île-continent, projettent dans l’atmosphère des tonnes de gaz et de particules de combustion. Cette inquiétante pollution va non seulement entraîner de sérieux problèmes sanitaires, mais aussi perturber l’environnement local.

En réaction aux critiques que reçoit le gouvernement australien, certains conservateurs australiens, comme le député Barnaby Joyce, ont accusé les politiques écologistes d’avoir favorisé les incendies dans l’arrière-pays australien. Cette thèse — démentie — a été défendue dans les médias australiens par Alan Jones (ex-sélectionneur de l’équipe de rugby devenu polémiste et animateur radio, connu pour son climatoscepticisme) et relayée en France par l’urologue et climatosceptique Laurent Alexandre.

Pour relire nos articles sur les mégafeux en Australie, cliquez ici.





[1Soit une surface équivalente à la région Provence-Alpes-Côte d’Azur amputée du département du Var (25 427,3 km²).



13 juillet 2020
Une partie du plastique européen est rejeté dans les océans en Asie
Lire sur reporterre.net
13 juillet 2020
La production de pétrole de schiste a atteint son pic aux Etats-Unis
Lire sur reporterre.net
13 juillet 2020
Aux États-Unis, victoire des Sioux contre un oléoduc géant
Lire sur reporterre.net
11 juillet 2020
La baleine franche de l’Atlantique Nord est au bord de l’extinction
Lire sur reporterre.net
10 juillet 2020
Pollution de l’air : le Conseil d’État ordonne au gouvernement d’agir, sous astreinte de 10 millions d’euros par semestre
Lire sur reporterre.net
10 juillet 2020
Lubrizol poursuit sa réouverture progressive, au grand dam des associations et élus locaux
Lire sur reporterre.net
10 juillet 2020
Budget : les députés ne prennent pas en compte les mesures de la Convention climat
Lire sur reporterre.net
10 juillet 2020
La justice condamne la construction illégale du barrage de Caussade
Lire sur reporterre.net
9 juillet 2020
Projet T4 de terminal à Roissy : 0/20, à revoir, selon l’Autorité environnementale
Lire sur reporterre.net
9 juillet 2020
Le projet de Center Parcs à Roybon est abandonné, grâce aux luttes
Lire sur reporterre.net
8 juillet 2020
Manifestation : Ensemble pour le climat et contre les violences policières
Lire sur reporterre.net
7 juillet 2020
Le mois dernier fut le « 2e mois de juin le plus chaud pour l’Europe »
Lire sur reporterre.net
7 juillet 2020
Contre l’avis de la mairie de Paris, le gouvernement valide le réaménagement polémique de la gare du Nord
Lire sur reporterre.net
6 juillet 2020
Aux Etats-Unis, la critique de la pollution par le plastique est qualifiée de « terrorisante »
Lire sur reporterre.net
6 juillet 2020
Des collectifs demandent un moratoire sur les projets de centres commerciaux et logistiques
Lire sur reporterre.net


DOSSIER    Les feux en Australie

13 juillet 2020
En quête d’espace, la filière photovoltaïque lorgne les terres agricoles
Enquête
11 juillet 2020
Politiques, grands patrons, paysans... « La cause animale est transpartisane »
Entretien
13 juillet 2020
Comme en Mai 68, tout est prêt pour un élan collectif, vital et nécessaire
Tribune


Dans les mêmes dossiers       Les feux en Australie