Les feux géants obligent la Californie à repenser son avenir

Durée de lecture : 6 minutes

29 octobre 2019 / Yona Helaoua (Reporterre)

Les incendies se succèdent en Californie où les autorités, concentrées sur la lutte immédiate contre les flammes, semblent dépassées face aux causes profondes du phénomène.

  • Washington D.C.(États-Unis), correspondance

Décès, maisons brûlées, évacuations par milliers, électricité coupée, écoles fermées, fumées toxiques… les Californiens sont-ils condamnés à voir, impuissants, cette triste routine se répéter ? Chaque année apporte avec elle son lot d’incendies de forêt dévastateurs. Sept des dix feux les plus destructeurs jamais connus dans l’histoire de cet État ont sévi durant la dernière décennie. Le plus ravageur reste l’incendie de Camp Fire, qui a tué 86 personnes à Paradise en 2018 et provoqué plus de 16 milliards de dollars de dégâts.

En cette fin octobre, les flammes sont de retour, notamment dans le comté de Sonoma, au nord de San Francisco, où 180.000 personnes ont reçu l’ordre d’évacuer. L’autoroute 405 à Los Angeles, tout près du célèbre musée Getty, est aussi en proie au feu qui menace les quartiers chics de la ville. Le gouverneur a déclaré l’état d’urgence dans toute la Californie.

Comme lors de chacun de ces épisodes, les secours sont à pied d’œuvre et les images des zones enflammées défilent à la télévision et sur les réseaux sociaux. Mais face à ces feux qui commencent plus tôt, durent plus longtemps et sont plus intenses, les Californiens commencent à se demander comment s’adapter à un écosystème qui semble condamné à brûler à moins que des mesures de fond ne soient prises.

Ces incendies sont-ils dus à la vétusté des lignes électriques ? Sont-ils plus fréquents et plus puissants à cause du réchauffement climatique ? Sont-ils plus meurtriers à cause d’une crise du logement dans les villes qui pousse les habitants à s’installer toujours plus près des zones à risque ? Faut-il blâmer des années de lutte contre les feux sauvages ? A toutes ces questions, la réponse est oui.

Au départ de chaque feu, il y a une étincelle. Qu’il s’agisse d’un mégot de cigarette, d’un feu de camp mal éteint ou d’un câble électrique défectueux fouetté par le vent, la cause est bien souvent humaine. Lors de l’incendie de Paradise l’an passé, la vétusté des câbles électriques de la société Pacific Gaz & Electricity (PG&E) était en cause. Ce mois-ci, la firme, désormais en banqueroute, a préféré couper le courant à plus de deux millions d’habitants que de risquer un nouveau désastre.

Cette mesure de précaution a déclenché un tollé parmi les 40 millions d’habitants de l’État. Elle fragilise les populations les plus pauvres qui n’ont pas les moyens d’investir dans des panneaux solaires. Mais aussi les plus vulnérables, notamment les personnes âgées et les malades qui ne peuvent se passer de courant. Cela ne peut pas devenir une habitude, a prévenu le gouverneur Gavin Newsom. Une solution serait d’enfouir les câbles électriques sous terre, mais cela coûterait une fortune et prendrait des années. Certaines villes, comme San Francisco et San Jose, songent de leur côté à prendre le contrôle de PG&E.

Des feux aggravés par le changement climatique

Si le débat public se focalise dans l’immédiat sur PG&E, certains rappellent que les feux ne seraient pas aussi étendus et catastrophiques sans crise climatique. La recherche montre que le réchauffement augmente le risque de feux. La chaleur engendre la sécheresse, les arbres et les broussailles brûlent alors plus facilement. Selon une étude publiée dans Earth’s Future en juillet dernier, la surface annuelle de terres brûlées en Californie a plus que quintuplé depuis 1972. Or la température estivale a augmenté de 1,4 °C depuis le début des années 1970.

« Nous avons toujours eu des cycles climatiques, et parfois il s’agit de très longues sécheresses, mais nous savons que le changement climatique va exacerber et rendre ce phénomène plus probable et plus fréquent », a prévenu l’ex-gouverneur de Californie Jerry Brown dans une interview publiée lundi 28 octobre par Politico. Selon Jerry Brown, « ce n’est que le début. Ce n’est qu’un avant-goût de l’horreur et de la terreur qui va arriver dans les prochaines décennies ». L’ex-gouverneur déplore l’inaction de l’administration climatosceptique : « Washington, sous Trump, ne fait quasiment rien. »

L’association écolo 350.org a livré le même message dans un communiqué publié lundi : « Nous n’avons pas seulement besoin de pensées et de prières, nous avons besoin de plans d’action sérieux pour le climat aux niveaux local et fédéral. Nous refusons d’accepter que ces incendies deviennent la norme pour notre État et sa population. »

La Californie est pourtant l’un des États américains les plus avancés dans la lutte contre le réchauffement, avec un engagement à 100 % d’énergie propre d’ici à 2045. Mais cela ne suffira pas. John Abatzoglou, un scientifique qui étudie l’impact du changement climatique sur les feux sauvages à l’université de l’Idaho, n’est pas certain que le risque ait été assez bien calibré. « Les Californiens devraient peut-être apprendre à appréhender ces futurs feux comme ils le font pour le Big One, comme pour un tremblement de terre », conseille-t-il au site d’information Vox.

Des populations paupérisées au plus près du danger

D’autres États, comme l’Oregon ou le Colorado, sont touchés par le phénomène. Mais le risque est particulièrement fort en Californie car la sécheresse est plus intense et l’État est plus peuplé. Or cette population s’installe de plus en plus dans des zones périurbaines, ce qui augmente le risque de feux provoqués par l’homme et place davantage de maisons en danger. Environ 30 % des Californiens vivent ainsi dans ce que les scientifiques appellent « l’interface entre ville et terres sauvages ». Le fait que l’État continue à autoriser de nouvelles constructions dans les zones à risque n’aide en rien.

Pour certains experts, il faudrait commencer à planifier un retrait de ces zones, comme pour les populations qui vivent sur les côtes et qui sont menacées par la montée des eaux. Un déplacement rendu difficile par les coûts prohibitifs du logement dans les grandes métropoles comme Los Angeles ou San Francisco. Parmi les habitants qui ont perdu leur maison à Paradise, nombreux sont ceux qui avaient tenté d’échapper à la cherté de la vie dans la baie de San Francisco.

Cette population croissante dans les zones sauvages pose aussi un problème en matière de gestion des feux de forêt. Alors que pendant des décennies, les autorités ont tout fait pour éteindre systématiquement les feux sauvages, laissant des branches mortes prêtes à s’enflammer au prochain coup de vent, certains préconisent de laisser brûler voire de démarrer des feux préventifs et circonscrits. Mais lutter contre le feu par le feu, qui plus est dans une zone peuplée, n’est pas non plus sans risques.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : Face aux feux de forêt, le gouverneur de Californie déclare l’état d’urgence

Photos : © BBC

DOSSIER    Forêt

THEMATIQUE    Climat International
9 novembre 2019
L’effondrement de l’URSS et de son agriculture industrielle a été bénéfique pour le climat
Info
12 novembre 2019
Pour les jeunes des centres sociaux, « la nature parle mais les hommes ne l’écoutent pas »
Reportage
12 novembre 2019
Qu’est-ce qu’un nano-plastique ?
1 minute, 1 question


Dans les mêmes dossiers       Forêt



Sur les mêmes thèmes       Climat International





Du même auteur       Yona Helaoua (Reporterre)