Des capteurs citoyens pour mesurer la pollution de l’air‏

Durée de lecture : 3 minutes

15 avril 2014 / Citoyens Capteurs

Des capteurs de la pollution de l’air accessibles à tous : c’est possible grâce à l’association Citoyens Capteurs qui met à la disposition de chacun les moyens d’en construire et de s’en procurer librement.


La captologie citoyenne avance librement mais sûrement ! A travers le slogan « Des technologies extraordinaires pour les gens ordinaires », l’association Citoyens Capteurs oeuvre à mettre entre les mains des habitants, des associations ou des collectivités locales des technologies de captation de leur environnement, à rendre accessible l’intelligibilité des données mesurées et à garantir l’ouverture du savoir local ainsi produit par les usagers des capteurs communicants et connectés.

Les dernières technologies de l’internet des objets peuvent soutenir non pas seulement des usages privatistes mais, suivant une politique du « Nous Quantifiant », doivent aider à rendre visible l’invisible à travers des mesures géo-situées venant nourrir en données factuelles les actions publiques en faveur de la lutte contre la pollution.

A l’occasion de la Journée du Numérique 2014 de l’Université Paris Descartes, les Citoyens Capteurs présentent leurs nouveaux dispositifs de mesure de la pollution de l’air. Dans la perspective de permettre aux habitants de mesurer leur exposition à la pollution là où ils respirent et de partager des données de qualité commensurables avec les taux globaux des organismes certifiés, deux éléments innovants ont été mis en place.

En partenariat avec les FabLab hackEns et Fabelier, les Citoyens Capteurs ont développé :

Un capteur de mesure de la pollution de l’air qui permet de mesurer précisément l’impact de polluants issus de la combustion des énergies fossiles (Dioxyde d’Azote – NO2). Le capteur communiquant permet d’envoyer en temps réel des mesures et de les géolocaliser précisément grâce à un module GPS.

Une interface, baptisée CitizenAir.io permettant de stocker et de visualiser les données envoyées par le capteur. Les données apparaissent ainsi simultanément sur sur une carte (OpenStreet Map) et sur une ligne de temps. Elles peuvent facilement et librement être exportées en fonction de la date ou du lieu de captation sous forme d’opendata à partir d’une interface. Orientée mobile, cette interface est accessible depuis un téléphone mobile ou une tablette et permet de visualiser les mesures en temps réel.

Attachés à la liberté d’accès à la connaissance et battant en brèche les biais de certains projets dits Open Source, les Citoyens Capteurs ont décidé d’ouvrir radicalement le projet en mettant en ligne :

Les tutoriaux sous licence Open Hadware Licence afin de pouvoir monter soi-même son propre capteur ;
Les sources sous licence GNU GPL V3 de l’application de stockage et de visualisation des données ;
Les données de mesure sont quant à elles disponibles sous licence Open Data Commons.

Vous pouvez retrouver toutes les sources sur le Wiki de l’association.

Ces projets étant réalisés à titre bénévole et sur les fonds propres des membres de l’association, n’hésitez à pas à contribuer par vos retours de développements et d’usages ainsi que par un soutien financier selon vos moyens pour que se déploie un réseau de capteurs citoyens.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Citoyens Capteurs

Lire aussi : EDITO - Pollution de l’air : et si l’on posait les vraies questions ?

18 novembre 2019
Gilets jaunes, un an : une féroce répression contre l’union des colères
16 novembre 2019
La Maison des peuples ouverte à Paris XXe a été évacuée par la police
18 novembre 2019
À la convention citoyenne pour le climat, les participants débattent aussi de la justice sociale