Faire un don
22392 € récoltés
OBJECTIF : 80 000 €
28 %
Pour une presse libre comme l'air ! Soutenir reporterre

EDITO - Pollution de l’air : et si l’on posait les vraies questions ?

Durée de lecture : 2 minutes

17 mars 2014 / Hervé Kempf (Reporterre)

Avions, transports gratuits, Grand Paris : avec l’épisode de pollution, il faut aller plus loin que la circulation alternée.


On ne peut qu’apprécier que, face aux pics de pollution de l’air, le gouvernement ait finalement décidé d’imposer la circulation alternée en région parisienne, en ce lundi 17 mars.

Cela pourra sans doute alléger une situation si absurde que l’on en venait, malgré le beau temps, à devoir renoncer à faire du vélo en raison de la pollution !

Mais l’on ne saurait se contenter de cette mesure d’un jour, si louable soit-elle.

Et les avions ?

Il est tout à fait surprenant que les grands aéroports parisiens, à commencer par celui de Roissy, soit épargné de toute contrainte. Les avions ne provoquent certes pas de pollution de particules fines - leurs moteurs ne sont pas diesel -, mais ils génèrent une pollution importante et échappent à toutes les réglementations courantes, comme l’a montré notre récente enquête. Il est temps de mettre fin à cette situation extraordinaire. Ce serait aussi, sans doute, une mesure éco-sociale : car ceux qui prennent l’avion ont un niveau de revenu plus élevé que la moyenne de la population.

Les transports toujours gratuits ?

Aussi importante que la circulation alternée, la gratuité des transports est un outil essentiel pour faire reculer la pollution atmosphérique. Il est temps de se reposer la question de généraliser cette mesure. Difficile ? On en convient. Mais possible, comme le montre plusieurs expériences réussies, comme à Aubagne.

Abandonner le Grand Paris

La raison essentielle de l’échec des politiques est qu’elles poursuivent des objectifs contradictoires : on ne peut pas vouloir à la fois réduire la pollution dans une immense agglomération comme Paris et vouloir étendre encore celle-ci. Or, c’est le parti adopté par le PS comme l’UMP, qui visent, avec le projet du « Grand Paris », à augmenter l’hypertrophie de la région parisienne, ce qui entraînera évidemment, avec l’étalement urbain, un surcroît de trafics routier et aérien. Il est temps de remettre en cause ce projet à la rationnalité fort discutable.

Appliquer ce qui a été décidé

Comme l’a montré une récente enquête de Reporterre, de nombreuses mesures et politiques ont déjà été adoptées dans le passé pour être, plus ou moins discrètement, abandonnées ou tempérées de façon à les rendre inopérantes. Il faudrait faire ce qui a été convenu et approuvé...


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Reporterre.

Dessin : Philippe Mouche.


Pour une information libre sur l’écologie, soutenez Reporterre :

7 décembre 2019
Le Brésil est toujours en flammes, mais la police harcèle les écolos
Info
7 décembre 2019
COP25 : les négociations internationales sur le climat s’enlisent
Info
7 décembre 2019
VIDÉO - Thomas Piketty : « Il va y avoir des crises sociales extrêmement violentes »
Entretien




Du même auteur       Hervé Kempf (Reporterre)