EN VIDÉO - Notre-Dame : la pollution au plomb menace travailleurs et riverains

Durée de lecture : 1 minute

14 mai 2019 / Loup Barre (Reporterre)

L’incendie de la cathédrale de Notre-Dame a généré une pollution « très importante », notamment au plomb. Trois associations s’inquiètent du risque élevé d’intoxication des travailleurs et des riverains et dénoncent les dérogations prévues par la loi pour la reconstruction. Reportage en vidéo.

Les associations Robin des Bois, Henri-Pézerat et l’Association des victimes du saturnisme (AFVS) ont dénoncé, lors d’une conférence organisée vendredi 10 mai, à Paris, « l’attentisme des pouvoirs publics » depuis l’incendie de la cathédrale de Notre-Dame-de-Paris. Celui-ci aurait été « mal géré » depuis le début et pourrait, selon elles, avoir causé une pollution et une intoxication au plomb « inquiétante ». Les résultats de l’Agence régionale de santé (ARS) montrent une concentration « très importante » dans le sol, sur le parvis et sur la voirie voisins de la cathédrale.

Jacky Bonnemain, le président de Robin des Bois, a parlé de « friche industrielle polluée » et a accusé « de complicité de mise en danger de la vie d’autrui » les députés qui étudiaient le même jour le projet de loi pour la restauration et la conservation de Notre-Dame, dérogatoire aux Codes de l’urbanisme et de l’environnement notamment concernant la gestion des sites pollués. Ces trois associations ont lancé l’alerte sur les risques d’intoxication pour les travailleurs et les curieux qui se sont rendus sur les lieux lors de l’incendie. Un risque qui concerne également les personnes habitant à proximité. Les associations ont appelé à la mise en œuvre d’une campagne de prélèvements et d’analyses pour mesurer la pollution. Elles insistent aussi sur le déploiement de mesures de précaution et d’un protocole de suivi des personnes vulnérables.

  • REGARDER NOTRE VIDÉO


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : Notre-Dame : le bois de chêne de la charpente était « médiocre »

Source et vidéo : Loup Barre pour Reporterre

THEMATIQUE    Pollutions
18 juillet 2019
Élisabeth Borne, une « travailleuse acharnée » pas « écolo convaincue » au ministère de l’Écologie
Info
15 juillet 2019
Le 20 juillet, une marche pour soutenir le « combat Adama » et « riposter à l’autoritarisme »
Tribune
8 juillet 2019
Un grand merci, ami(e)s lectrices et lecteurs ! Reporterre va bien
Édito


Sur les mêmes thèmes       Pollutions





Du même auteur       Loup Barre (Reporterre)