En Bretagne, on s’organise directement entre producteurs et consommateurs

Durée de lecture : 1 minute

7 décembre 2013 / Olivier Clisson (Campagnes solidaires)

En Bretagne, les installations sur des petites surfaces avec vente en circuits courts ont le vent en poupe.


Au Nord-Ouest de Rennes, le Clic des champs a vu le jour en juin 2013 à la suite d’une réflexion entre producteurs et consomm’acteurs réunis en association. Ils organisaient déjà des paniers réguliers avec dépôts en centres culturels publics.

L’engagement contraignant pour les habitants qui faisaient les paniers, allaient chercher les produits, commandaient pour plusieurs semaines et n’avaient pas le choix des légumes (très limitant en zone rurale où des jardins sont cultivés), a fait émerger la volonté de faire évoluer le système. Objectif : donner plus de souplesse, tout en gardant la convivialité et la coopération dans la prise de décision. Une nouvelle association fut donc créée avec un nombre égal de producteurs et de consommateurs au sein du conseil d’administration.

Les habitants qui désirent commander à la semaine s’acquittent d’un droit d’entrée unique, puis font leurs courses sur le site Internet avant le lundi soir. Les producteurs – seize à ce jour - préparent chacun leurs denrées et se retrouvent le jeudi après midi afin de confectionner la commande totale de chaque famille. Celles-ci n’ont plus qu’à venir les chercher dans l’un des dépôts – quatre à ce jour - où un producteur à tour de rôle est responsable de la distribution et de la réception des règlements.

Sur le site, on peut même organiser des covoiturages pour aller chercher les commandes. Cette formule, à chaque fois adaptée aux conditions locales, est inspirée d’autres : Le Goût d’Ici, dans le Pays de Maure, au sud de Rennes, ou La Binée Paysanne, dans les Côtes-d’Armor. Telle une ruche saine qui essaime de proche en proche...


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et photo : Publié dans et transmis amicalement par Campagnes solidaires n° 290.

Lire aussi : Des paysans bretons s’en sortent bien… en changeant l’agriculture.

16 novembre 2019
Radio Bambou - L’étrange voyage de Bambou… à l’intérieur d’un pain !
15 novembre 2019
« Le maintien de l’ordre vise à terroriser et décourager en infligeant des blessures graves »
15 novembre 2019
Porté par son succès, le vin naturel affirme sa dissidence