Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Climat

En Californie, une vague de chaleur en plein hiver

Grapevine, en Californie, en juillet 2021.

La Californie a connu plusieurs jours de forte chaleur, en plein mois de février. Au-delà de cet épisode de canicule, la température moyenne en février ne cesse d’augmenter avec le changement climatique.

Washington (États-Unis), correspondance

La région de Los Angeles a connu cette année un Super Bowl caniculaire. Près de 27 °C dimanche 13 février à Inglewood, où se trouve le stade SoFi qui accueillait la finale du championnat de football américain, en plein mois de février. Le record de 29 °C à Los Angeles en 1973 n’a finalement pas été battu, mais la température reste anormalement haute pour la saison, puisqu’il fait en général une vingtaine de degrés à cette période de l’année.

La Californie, et en particulier la Californie du Sud, a été frappée pendant une semaine par des températures de plus de 28 °C. Cet État de l’Ouest américain est habitué aux canicules et à la sécheresse, mais pas en plein hiver, qui plus est durant plusieurs jours. La vague de chaleur, qui commençait à s’estomper mardi 15 février, s’est accompagnée de rafales qui ont attisé des feux par endroits, à Azusa, Laguna Beach ou encore Whittier, où deux maisons ont été brûlées.

D’un point de vue météorologique, elle est causée par une dorsale anticyclonique — un axe de hautes pressions atmosphériques — qui crée les conditions d’un ciel bleu et ensoleillé. À cela s’ajoutent les fameux vents de Santa Ana, qui avancent depuis l’intérieur des terres à travers les canyons en devenant de plus en plus chauds et secs.

« La température moyenne au mois de février est en train d’augmenter »

La force et l’échelle de l’anticyclone, qui couvre l’ouest des États-Unis presque jusqu’à la frontière canadienne, sont inhabituelles, note Rich Thompson, météorologiste au National Weather Service (les services météo américains), interrogé par le Los Angeles Times. Le changement climatique peut-il l’influencer ? C’est fort possible, mais les scientifiques travaillent toujours sur la question du lien entre fortes températures et circulation atmosphérique.

Karen McKinnon, climatologue à l’université de Californie (UCLA), elle aussi interviewée par le Los Angeles Times, rappelle cependant ce que l’on sait déjà : la plus forte concentration de gaz à effet de serre dans l’atmosphère a indéniablement causé une hausse des températures. « La température moyenne au mois de février est en train d’augmenter, et c’est clairement lié au changement climatique », explique-t-elle.

Cette chaleur associée à une sécheresse extrême s’inscrit dans une tendance de fond dans la région. Selon une étude parue le 14 février dans la revue Nature Climate Change, le Sud-Ouest américain connaît depuis les années 2000 la pire période de sécheresse en 1 200 ans. Les auteurs attribuent au changement climatique créé par l’humain 19 % de la sévère sécheresse de 2021 et 42 % de la sécheresse depuis que le XXIe siècle a commencé.

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende