En bédé — Tout savoir sur les microfermes urbaines

Durée de lecture : 1 minute

1er septembre 2020 / Baptiste Grard et Mathieu Ughetti (The Conversation)



Les microfermes urbaines sont en plein essor. Les auteurs de cette tribune rendent compte des premiers travaux de recherche sur ce phénomène de société dont les bénéfices sont encore mal évalués.

Baptiste Grard est chercheur postdoctoral, AgroParisTech – Université Paris-Saclay. Mathieu Ughetti est illustrateur, vulgarisateur scientifique, Inrae.


Objet de recherche récent pour les scientifiques, les microfermes urbaines sont aujourd’hui en plein essor, portées par un mouvement associatif, citoyen, entrepreneurial et politique relativement important.

Ces lieux associent différentes activités : projets éducatifs, production alimentaire, loisirs, etc. Ils constituent au cœur des villes des espaces végétalisés d’un nouveau type, susceptibles de fournir de multiples services écosystémiques (soit les avantages que la nature apporte à la société).

Mais le manque de connaissances actuel ne permet pas d’appréhender précisément l’importance de ces services.

Dans notre reportage BD, vous découvrirez cette forme étonnante d’agriculture en suivant les travaux du programme de recherche « Semoirs » qui a étudié deux années durant les services écosystémiques rendus par six microfermes dans Paris et sa petite couronne.

CC BY-NC-ND
CC BY-NC-ND
CC BY-NC-ND
CC BY-NC-ND
CC BY-NC-ND
CC BY-NC-ND
CC BY-NC-ND
CC BY-NC-ND
CC BY-NC-ND
Mathieu Ughetti, CC BY-NC-ND

Claire Chenu, Claire-Sophie Haudin, Sabine Houot, Sophie Boulanger-Joimel, Laure Vieuble (Université Paris-Saclay, Inrae, AgroParisTech, UMR Ecosys) ; Christine Aubry, Patrick Stella (Université Paris-Saclay, Inrae, AgroParisTech, UMR SAD-APT) ; Giulia Giacche (Exp’AU, AgroParisTech Innovation) ; Nastaran Manouchehri (Université Paris-Saclay, Inrae, AgroParisTech, UMR SayFood) ; Apolline Auclerc, Geoffroy Séré (Laboratoire « sols et environnement », UMR 1120, Inrae, Université de Lorraine) ; Jean‑Noël Consales (Université Aix Marseille, CNRS, UMR Telemme) ; Antoine Lagneau (Institut d’aménagement et d’urbanisme d’Île-de-France) et Anne-Cécile Daniel (Association française d’agriculture urbaine professionnelle) ont contribué à l’élaboration de la bande-dessinée.


Cette article a été initialement publié sur le site The Conversation.





Lire aussi : Au Québec, l’agriculture urbaine est dopée par la pandémie

Source : The Conversation

DOSSIER    Agriculture urbaine

28 septembre 2020
Un an après Lubrizol, les Rouennais manifestent pour la vérité
Reportage
26 septembre 2020
Covid : nous devenons une société d’androïdes masqués
Chronique
28 septembre 2020
À l’île Maurice, rébellion et autogestion contre la marée noire
Tribune


Dans les mêmes dossiers       Agriculture urbaine