Eva Joly réplique à Marine Le Pen, « héritière d’un tortionnaire »

Durée de lecture : 2 minutes

21 décembre 2011 / par villalard


Accusée de « francophobie » par la présidente du FN, la candidate des Verts attaque « la fille héritière d’un tortionnaire en Algérie ».

Eva Joly (EELV) s’est déclarée, mercredi 21 décembre, prête à débattre avec Marine Le Pen, même si la présidente du Front national (FN), « héritière d’un tortionnaire en Algérie », ne répond à la crise que « par la haine ». Sur Europe 1, la candidate Europe Écologie-Les Verts à la présidentielle, née en Norvège, a répondu à l’accusation de francophobie lancée la veille contre elle par la championne du FN : « J’ai choisi la France, j’y vis depuis bientôt 50 ans, je suis la seule à avoir choisi la France. »

Eva Joly s’est dite prête à « débattre avec elle quand elle voudra ». « Et nous verrons bien qui aime vraiment la France. Face à la crise, l’agressivité et la haine de Mme Le Pen ne servent à rien, elle ferait mieux de travailler ses programmes », a-t-elle dit. « Elle a jeté un gant, je le relève », a insisté l’ex-juge d’instruction. « Ce n’est pas à la fille héritière de milliardaire, héritière d’un parti, héritière d’un tortionnaire en Algérie, de décider qui est Française ou pas », a ajouté la candidate écologiste.

Eva Joly a par ailleurs réaffirmé son opposition au défilé militaire du 14 Juillet, « très suranné », un argument lancé contre elle par Marine Le Pen pour la qualifier de francophobe. Jean-Marie Le Pen a multiplié les procès contre les accusations, régulièrement lancées contre lui, d’avoir utilisé la torture pendant la guerre d’Algérie. Ainsi, en 2008, l’universitaire Jean-Didier Vincent avait été condamné pour avoir traité le président du FN, lieutenant durant cette guerre, de « salopard ».



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Le Point

L’ITV d’Eva Joly à écouter sur Europe 1

Lire aussi : Mais si, les écolos s’intéressent aux oiseaux ! Eva Joly et le milan royal

18 novembre 2019
À la convention citoyenne pour le climat, les participants débattent aussi de la justice sociale
19 novembre 2019
« Si Julian Assange n’est pas protégé, cela marquera la fin des ­libertés individuelles »
18 novembre 2019
Ecolo et anarchiste, une réponse à l’effondrement


Du même auteur       villalard