Festival de Cannes, festival de la pollution

Durée de lecture : 2 minutes

16 mai 2012 / AFP


Filmés à une centaine de mètres au large de la Croisette, quatre clips vidéos avec pour thème Les dessous de Cannes sont diffusés par le collectif de l’Expédition Méditerranée en Danger (MED), en marge du festival, pour alerter sur les déchets en mer.

« Les projecteurs étant tournés vers le festival, il nous a semblé opportun de faire découvrir, pour information, un exemple sur l’origine des déchets qui se déversent régulièrement par tonnes en mer et qui préfigure la catastrophe environnementale qui se déroule actuellement en Méditerranée », explique Bruno Dumontet, le responsable du projet.

L’an dernier pendant la quinzaine du festival, le triplement de la population de Cannes a généré 1.200 tonnes de déchets supplémentaires, selon la mairie.

Chaque clip d’environ deux minutes a été filmé sous l’eau à proximité des grands hôtels où se déroulera à partir de mercredi la 65e édition du prestigieux évènement cinématographique.

Dans Cannes sous les marches du Festival, on plonge dans une farandole de bouteilles et récipients en plastique ondulant sur les fonds marins sur une musique empruntée au thriller Les dents de la mer.

Sur l’air, de Serge Gainsbourg, de Dieu est un fumeur de Havanes, Cannes à bout de souffle invite à découvrir les milliers de mégots et paquets de cigarettes jetés qui finissent entre les algues. Cannes, décors naturels met en scène les milliers de canettes de boissons abandonnées qui finissent sur le sable au large des plages.

Enfin, Dégâts salés alerte sur le sort du million d’oiseaux de mer et des 100.000 mammifères marins qui meurent chaque année des milliards de déchets présents dans les océans.

Ces quatre clips sont diffusés sur You Tube et le site www.expeditionmed.eu de ce collectif d’écologistes, scientifiques, artistes et enseignants qui luttent contre les déchets en mer et pour la protection de la biodiversité marine en Méditerranée.

Selon leurs estimations, basées sur des données recueillies lors des deux campagnes scientifiques en 2010 et 2011, il y aurait près de 290 milliards de microplastiques flottants sur 10 à 15 cm d’eau en dérive en Méditerranée.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Romandie com

Lire aussi : Les déchets envahissent les océans

18 juillet 2019
De l’urgence de débattre au sein du mouvement écologiste
Édito
17 juillet 2019
De Rugy : dix mois ministre, dix mois d’inaction
Info
9 juillet 2019
Ceux qui aiment le raisonnement scientifique devraient être pour l’homéopathie
Tribune