François Ruffin a gardé un portrait de Macron dans son bureau

Durée de lecture : 2 minutes

4 avril 2019

« Ce soir, Macron a vu J’veux du soleil ! », a écrit mardi 2 avril le député François Ruffin sur son compte Facebook, accompagnant son message d’une vidéo. On y voit François Ruffin, juste avant la projection de son documentaire sur les Gilets jaunes dans une salle des Champs-Élysées, à Paris, sortir le portrait officiel d’Emmanuel Macron, devant les spectateurs.

« On n’est pas loin de chez lui, donc on l’a amené, on l’a amené voir les Gilets jaunes du pays », a déclaré le député La France insoumise (LFI), avant de sortir d’un grand sac, le portrait du président de la République. « Je suis sûr qu’il va en ressortir avec plein d’empathie pour ces Français, et il fera désormais passer les gens avant l’argent », a-t-il ajouté, non sans ironie.



Un peu plus tôt, on le voit dans une vidéo postée cette fois-ci sur YouTube, rencontrer Paulien Boyer, d’ANV - COP21, venue « pour refaire la déco de [son] bureau à l’Assemblée nationale ». François Ruffin a en effet accepté de garder le portrait de Macron décroché dans la mairie du 5e arrondissement, le 21 février dernier.

Dans le cadre de l’opération « Sortons Macron », les portraits « réquisitionnés » du président sont ressortis régulièrement lors d’événements ou de manifestations : « L’idée, c’est de le sortir, de l’emmener là où il n’est pas, voir la vraie vie des gens, qui galèrent dans un système qui ne leur permet pas de vivre dans des conditions dignes », a expliqué Pauline Boyer au député insoumis. « L’oligarchie s’est installée sur le mont Olympe, elle s’est détachée sur le plan fiscal, moral et géographique, et ils pensent pouvoir échapper à la crise climatique, a approuvé François Ruffin. Si on ne leur retire pas le volant des mains, c’est sûr qu’ils vont nous emmener dans le mur. » En recevant le portrait, M. Ruffin a déclaré, à propos de M. Macron : « On va essayer de l’attendrir, de l’émouvoir, de lui faire comprendre l’humanité commune. »

En récupérant le portrait présidentiel, François Ruffin peut être poursuivi pour recel, défini dans le Code pénal comme « le fait de dissimuler, de détenir ou de transmettre une chose, ou de faire office d’intermédiaire afin de la transmettre, en sachant que cette chose provient d’un crime ou d’un délit ». Un délit puni de cinq ans d’emprisonnement et de 375.000 euros d’amende.

  • Source : Reporterre


Lire aussi : Face aux « réquisitions » de portraits de Macron, les autorités contre-attaquent


6 avril 2020
Face à la chute des cours du pétrole, l’État prêt à soutenir le parapétrolier Vallourec
Lire sur reporterre.net
6 avril 2020
Le mois de mars 2020 figure parmi les plus chauds jamais enregistrés
Lire sur reporterre.net
6 avril 2020
Amazon mis en demeure par l’Inspection du travail
Lire sur reporterre.net
6 avril 2020
Plan de relance : 250 organisations dénoncent le lobbying de l’aviation
Lire sur reporterre.net
6 avril 2020
Un incendie près de Tchernobyl provoque une forte hausse de la radioactivité
Lire sur reporterre.net
6 avril 2020
L’enquête publique sur un grand projet autoroutier maintenue malgré le confinement
Lire sur reporterre.net
3 avril 2020
Les semences et plants potagers de nouveau autorisés à la vente
Lire sur reporterre.net
3 avril 2020
Pour les peuples autochtones, le coronavirus « représente une réelle menace d’extermination »
Lire sur reporterre.net
3 avril 2020
Dividendes : de grandes entreprises, dont Total, continuent à verser des dividendes massifs
Lire sur reporterre.net
2 avril 2020
Un cinquième indigène amazonien Guajajara assassiné au Brésil en quatre mois
Lire sur reporterre.net
2 avril 2020
Du sang de ver marin pourrait soigner des malades du Covid-19
Lire sur reporterre.net
2 avril 2020
La COP26 sur le climat reportée à cause de l’épidémie de Covid-19
Lire sur reporterre.net
1er avril 2020
Un salarié d’Amazon en réanimation
Lire sur reporterre.net
1er avril 2020
La pollution liée aux épandages grandit, aggravant l’épidémie de Covid-19
Lire sur reporterre.net
1er avril 2020
Une start-up française invente les masques respiratoires en fibre d’asperge
Lire sur reporterre.net




THEMATIQUE    Luttes
3 avril 2020
Confinés avant le virus, ils témoignent
Enquête
6 avril 2020
Au nom du coronavirus, l’État met en place la société de contrôle
Enquête
4 avril 2020
SPÉCIAL OUTREMER - À Mayotte, le coronavirus s’installe dans un département sinistré
Reportage


Sur les mêmes thèmes       Luttes