François Ruffin a gardé un portrait de Macron dans son bureau

4 avril 2019

« Ce soir, Macron a vu J’veux du soleil ! », a écrit mardi 2 avril le député François Ruffin sur son compte Facebook, accompagnant son message d’une vidéo. On y voit François Ruffin, juste avant la projection de son documentaire sur les Gilets jaunes dans une salle des Champs-Élysées, à Paris, sortir le portrait officiel d’Emmanuel Macron, devant les spectateurs.

« On n’est pas loin de chez lui, donc on l’a amené, on l’a amené voir les Gilets jaunes du pays », a déclaré le député La France insoumise (LFI), avant de sortir d’un grand sac, le portrait du président de la République. « Je suis sûr qu’il va en ressortir avec plein d’empathie pour ces Français, et il fera désormais passer les gens avant l’argent », a-t-il ajouté, non sans ironie.



Un peu plus tôt, on le voit dans une vidéo postée cette fois-ci sur YouTube, rencontrer Paulien Boyer, d’ANV - COP21, venue « pour refaire la déco de [son] bureau à l’Assemblée nationale ». François Ruffin a en effet accepté de garder le portrait de Macron décroché dans la mairie du 5e arrondissement, le 21 février dernier.

Dans le cadre de l’opération « Sortons Macron », les portraits « réquisitionnés » du président sont ressortis régulièrement lors d’événements ou de manifestations : « L’idée, c’est de le sortir, de l’emmener là où il n’est pas, voir la vraie vie des gens, qui galèrent dans un système qui ne leur permet pas de vivre dans des conditions dignes », a expliqué Pauline Boyer au député insoumis. « L’oligarchie s’est installée sur le mont Olympe, elle s’est détachée sur le plan fiscal, moral et géographique, et ils pensent pouvoir échapper à la crise climatique, a approuvé François Ruffin. Si on ne leur retire pas le volant des mains, c’est sûr qu’ils vont nous emmener dans le mur. » En recevant le portrait, M. Ruffin a déclaré, à propos de M. Macron : « On va essayer de l’attendrir, de l’émouvoir, de lui faire comprendre l’humanité commune. »

En récupérant le portrait présidentiel, François Ruffin peut être poursuivi pour recel, défini dans le Code pénal comme « le fait de dissimuler, de détenir ou de transmettre une chose, ou de faire office d’intermédiaire afin de la transmettre, en sachant que cette chose provient d’un crime ou d’un délit ». Un délit puni de cinq ans d’emprisonnement et de 375.000 euros d’amende.

  • Source : Reporterre



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Face aux « réquisitions » de portraits de Macron, les autorités contre-attaquent



25 avril 2019
La banquise Arctique bat ses records de fonte
Lire sur reporterre.net
25 avril 2019
Le tribunal jugera lundi 29 avril la levée du contrôle judiciaire de Gaspard Glanz
Lire sur reporterre.net
19 avril 2019
Notre-Dame, site désormais pollué par le plomb ?
Lire sur reporterre.net
19 avril 2019
Un recours au Conseil d’État demande l’interdiction des grenades GLI-F4
Lire sur reporterre.net
18 avril 2019
Le dioxyde de titane, alias E171, sera interdit en janvier 2020
Lire sur reporterre.net
17 avril 2019
La société Arkolia confirme son projet de méga centrale solaire sur le Larzac
Lire sur reporterre.net
17 avril 2019
Un nouvel observatoire pour évaluer l’action des députés européens
Lire sur reporterre.net
17 avril 2019
Blocages à Londres : Extinction Rebellion réclame un « état d’urgence climatique »
Lire sur reporterre.net
16 avril 2019
Plus de 200 perturbateurs endocriniens retrouvés dans nos eaux de surface
Lire sur reporterre.net
15 avril 2019
L’exportation du lait européen en Afrique est nuisible, alerte un collectif d’ONG
Lire sur reporterre.net
15 avril 2019
Le glyphosate interdit au Vietnam
Lire sur reporterre.net
15 avril 2019
La manifestation pour la liberté de manifester brutalement empêchée à Toulouse
Lire sur reporterre.net
13 avril 2019
Appel à manifester pour les libertés samedi 13 avril
Lire sur reporterre.net
10 avril 2019
La fonte des glaciers fait monter le niveau de la mer à un rythme de plus en plus rapide
Lire sur reporterre.net
9 avril 2019
Le tribunal suspend les travaux de la déviation de Beynac, en Dordogne
Lire sur reporterre.net




THEMATIQUE    Luttes
24 avril 2019
Le cheval de trait est de retour dans les villes bretonnes
Alternative
24 avril 2019
La liberté de la presse est-elle en danger sous Emmanuel Macron ?
Une minute - Une question
24 avril 2019
L’Atomik Tour lance un débat alternatif sur les déchets radioactifs
Tribune


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Sur les mêmes thèmes       Luttes