GDF-Suez et Lafarge financent les climato-sceptiques

Durée de lecture : 3 minutes

25 octobre 2010 / Réseau Action Climat

Des entreprises européennes, dont GDF-Suez et Lafarge, versent de l’argent aux sénateurs américains déniant le changement climatique.

Le Climate Action Network Europe (CAN-Europe) publie lundi 25 octobre un rapport choc [1] qui pointe du doigt les entreprises européennes qui financent les membres du Sénat américain climato-sceptiques et/ou opposés à toute législation climatique aux Etats-Unis. Ce document, basé sur les informations du site internet opensecrets.org [2] montre que les plus gros pollueurs européens financent les opposants aux politiques de lutte contre les changements climatiques aux Etats-Unis. Parmi eux, les firmes françaises GDF-Suez et Lafarge.

Des centaines de milliers d’euros pour les opposants aux politiques climatiques aux Etats-Unis

Ce sont plus de 306 000 euros qui ont été distribués en 2010 par les principaux pollueurs européens aux climato-sceptiques et autres opposants à la loi de lutte contre les changements climatiques, élus au Sénat américain. Ce montant représente près de 80% du total des financements engagés par ces entreprises pour subventionner des candidats durant leur campagne pour les élections de mi-mandat 2010. Près de 35 000 euros de Lafarge, et plus de 20 000 euros de GDF-Suez ont ainsi rempli les poches de sénateurs climato-sceptiques ou opposés à toute loi sur le climat aux Etats-Unis.

Des manœuvres dans l’ombre contre toute progression en faveur du climat

Alors que de plus en plus de voix s’élèvent à Bruxelles et dans toute l’Europe en faveur d’un passage inconditionné à un objectif de -30% de réduction des émissions d’ici à 2020, les Ministres européens de l’Environnement se sont montrés une nouvelle fois incapables de faire progresser les engagements de réduction des émissions de gaz à effet de serre lors du Conseil européen du 14 octobre. Le Conseil s’est contenté de réitérer la nécessité d’engagements préalables comparables des autres pays industrialisés.

Or c’est précisément la position défendue par les industries intensives en carbone ou productrices d’énergies carbonées, telles que Lafarge ou GDF-Suez. Ce rapport révèle que ces entreprises ne se contentent pas de manœuvrer pour bloquer les tentatives d’engagement plus ambitieux de l’Europe vers la sobriété carbone. Elles bloquent aussi les ambitions des Etats-Unis.

Il est choquant de voir que les même entreprises appelant l’UE au gel des objectifs de réduction, soit disant pour des raisons de concurrence, notamment vis-à-vis des Etats-Unis, financent les votes contre la législation sur le climat au Sénat américain ! Cela montre clairement l’hypocrisie de ces industriels opposés à tout virage progressiste en Europe sur le climat.

Ce double jeu des industriels s’explique en partie par les profits extraordinaires que ces derniers réalisent, profitant du laxisme du marché européen de quotas d’émissions. L’ONG Sandbag a ainsi évalué[3] que, grâce au surplus de quotas qui leur ont été distribués de manière gratuite, les industriels européens vont réaliser des gains de l’ordre de 18 milliards d’euros entre 2008 et 2012, dont 330 millions d’euros pour le cimentier Lafarge.

Le CAN Europe et son relais français (RAC-France) appellent donc GDF-Suez et Lafarge à s’engager publiquement à ne plus financer des opposants aux politiques climatiques, en Europe comme aux Etats-Unis. Il appelle aussi les représentants de l’Etat français à demander des comptes sur ces pratiques inacceptables des groupes, aux Etats-Unis comme en Europe.

............................................

Notes :

[1] http://www.rac-f.org/IMG/pdf/EU_bus...

[2] Site qui récapitule et actualise les informations sur les financements de campagnes de la Federal Election Commission - http://www.fec.gov

[3] http://www.sandbag.org.uk/site_medi...




Source  : http://www.rac-f.org/En-coulisse-le...

Lire aussi : Quand les climato-sceptiques inventent les erreurs du GIEC http://www.reporterre.net/spip.php?...

THEMATIQUE    Climat
8 avril 2020
Après la crise, les salariés devront reprendre le pouvoir aux actionnaires
Tribune
7 avril 2020
La recherche « au service de l’économie » : les scientifiques se rebiffent
Info
8 avril 2020
Qui pour ramasser les fraises françaises ? Les producteurs sont inquiets
Info


Sur les mêmes thèmes       Climat





Du même auteur       Réseau Action Climat