Il n’y a pas que le TGV pour aller vite, le train pendulaire marche bien aussi

Durée de lecture : 2 minutes

16 décembre 2013 / Enerzine

Le train pendulaire Pendolino a atteint sur la ligne Gora Wlodowska–Psary, en Pologne, la vitesse record de 293 km/h. Avantage de ce système : il peut utiliser les voies existantes.


Ce record a été enregistré alors qu’Alstom procédait à des essais en présence de son client et partenaire, l’opérateur polonais PKP Intercity, en vue d’obtenir une autorisation de circulation pour les vingt Pendolino commandés par ce dernier en 2011.

Alstom affirme que tous les essais ont été concluants. Ceci va permettre à PKP Intercity d’envisager une mise en service de ses trains avant fin 2014. Le contrat signé avec PKP Intercity comprend également un volet maintenance sur dix-sept ans et la construction d’un nouveau dépôt prévu à cet effet, qui sera inauguré au premier trimestre 2014. Les trains relieront les villes de Varsovie, Gdansk, Gdynia, Cracovie, Katowice et Wrowclaw.

Le précédent record de grande vitesse polonais, à 250 km/h, avait été établi en 1994, également avec un Pendolino. Jusqu’ici, la vitesse maximum enregistrée pour un Pendolino était de 283 km/h. Ce précédent record avait eu lieu en Italie en 2007.

Certifié pour circuler dans treize pays [mais pas en France], il peut traverser sept frontières et semble constituer l’une des réponses aux besoins de toutes les régions - qui souhaitent développer le transport à grande vitesse comme l’Amérique du Nord, la CEI et l’Asie.

En effet, le Pendolino est conçu pour circuler jusqu’à 250 km/h, tant sur les lignes à grande vitesse (25 kV) que sur les réseaux conventionnels (3 kV). Son succès repose sur sa modularité et sa flexibilité.

Il peut de plus être entièrement personnalisé : « Depuis l’agencement de son intérieur jusqu’au nombre de voitures (de quatre à onze) en passant par l’alimentation électrique et la suspension. Il s’adapte à tous les écartements de voies. Le Pendolino est capable de circuler dans des conditions climatiques extrêmes (jusqu’à +45° et - 45°). »

Equipé de Tiltronix, la technologie pendulaire d’Alstom, qui permet au train de s’incliner jusqu’à 8 degrés tout en maintenant sa course à 250 km/h, soit de 30 à 35 % plus vite que les trains traditionnels tout en garantissant un niveau de confort inégalé.

En mode réactif, le degré exact des courbes est déterminé par des gyroscopes et des accéléromètres situés sur le premier bogie de la voiture de tête. L’ordinateur de bord établit l’angle de courbure nécessaire et transmet ces données à chaque cylindre de bogie, en fonction de sa position sur la voie et de la vitesse du train.

En mode anticipatif, le système informatique embarqué intègre en amont l’ensemble des paramètres de la voie. En comparant ces éléments aux informations transmises par les récepteurs de bord, Tiltronix peut déterminer à tout moment l’exacte position du train sur la ligne et transmettre les ordres adéquats aux cylindres de bogie. Grâce à une réactivité plus fine à l’approche des courbes, il offre un meilleur confort aux passagers.

Le Pendolino est principalement produit dans l’usine Alstom de Savigliano, en Italie, qui assemble actuellement des rames pour PKP (Pologne) et CFF (Suisse).


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et photos : Enerzine.com

Photo une : Mediarail

Lire aussi : A Lyon, un tunnel sans voiture.

12 novembre 2019
Qu’est-ce qu’un nano-plastique ?
1 minute, 1 question
12 novembre 2019
Près d’Orléans, les citoyens défendent la forêt contre les bulldozers
Reportage
12 novembre 2019
Paysans et défenseurs des animaux doivent s’unir contre l’industrialisation du vivant
Tribune




Du même auteur       Enerzine